Suisse: Provitas avait pris des risques «exagérés»
Actualisé

SuisseProvitas avait pris des risques «exagérés»

Le Tribunal fédéral qualifie d'inadmissibles les risques pris par les ex-administrateurs de la caisse de retraite.

Le Tribunal fédéral a accepté partiellement un recours du Fonds de garantie LPP.

Le Tribunal fédéral a accepté partiellement un recours du Fonds de garantie LPP.

Keystone

Le conseil de fondation de la caisse de retraite Provitas, liquidée en 2002, a pris trop de risques avec l'argent de ses assurés. Le Tribunal fédéral (TF) a accepté partiellement un recours du Fonds de garantie LPP.

L'institution, qui a pour but de couvrir les avoirs de vieillesse en cas d'insolvabilité, entend récupérer une partie des fonds auprès de quatre ex-membres du conseil de fondation de Provitas. Elle avait dû débourser pas moins de cinquante millions de francs pour assurer le versement des prestations.

Le Fonds de garantie entend récupérer un montant de près de dix millions de francs auprès des quatre ex-administrateurs, qu'elle tient pour solidairement responsables de la débâcle de la caisse. Pas moins de 150 entreprises comptant 1600 assurés étaient affiliées à Provitas.

Fonds gérés par Dieter Behring

La caisse avait été mise en liquidation en 2002 par l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS). L'arrêt du TF, diffusé lundi, qualifie d'inadmissibles les risques pris par les ex-administrateurs.

Ces derniers avaient confié pas moins d'un quart des fonds de la caisse, soit plus de quinze millions de francs, à Dieter Behring. Ils l'avaient chargé de gérer ce montant alors que la situation financière de l'institution était déjà très délicate.

L'ex-financier bâlois a été condamné en septembre dernier à une peine privative de liberté de cinq ans et demie pour escroquerie par métier. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion