Publicité sur les téléphones portables
Actualisé

Publicité sur les téléphones portables

Après avoir servi à communiquer, télécharger de la musique ou surfer sur internet, le téléphone mobile se trouve une nouvelle utilité comme support publicitaire.

Cette activité lucrative, déjà bien développée en Asie, commence à s'installer en Europe.

«La première fois que nous sommes allés voir les opérateurs mobiles, ils n'y croyaient pas», se souvient Marc-Henri Magdelenat, directeur associé de ScreenTonic, première régie publicitaire sur mobiles en Europe, créée dès 2001. Aujourd'hui, dit-il, «la France est clairement en avance par rapport au reste de l'Europe et nous avons tendance à manquer d'espaces publicitaires» face à la demande.

La régie compte quelque 150 annonceurs comme clients réguliers. «Coca-Cola, Reebok, Xbox, Jaguar, Peugeot et Air France ont déjà fait des campagnes sur mobile», raconte-t-il. Ce type de publicité, sous forme de SMS, de bannières sur la version mobile de sites internet ou de contenu promotionnel à télécharger, est courant au Japon et en Corée du Sud depuis plusieurs années.

Les opérateurs français ont fini par y croire: depuis novembre, Orange propose aux annonceurs une offre publicitaire «triple-play», qui décline une campagne sur son portail internet, sa télévision par ADSL et ses téléphones mobiles.

Fort engouement, selon les publicitaires

«Le mobile est un support que l'on découvre, mais il suscite un fort engouement, car il permet à l'annonceur d'avoir une relation personnelle et privilégiée avec le consommateur», explique Luc Tran Thang, directeur du portail et des services internet de France Télécom.

«C'est un média flexible», renchérit Alexandre Mars, patron de PhoneValley, spécialisé dans le marketing mobile. «Par exemple, un site de voyages pourra communiquer auprès de clients potentiels en fonction de la météo», car il est plus facile de vendre des vacances au soleil quand il pleut.

Utilisé par 90% des Européens, le téléphone mobile fait saliver les annonceurs. «Les gens passent 20 heures par mois sur internet mais ils ont leur mobile avec eux 20 heures par jour», s'enthousiasme Georges de la Ville-Baugé, directeur associé de Watisit, département marketing mobile de Publicis Dialog.

«C'est aussi un média plus réactif, un outil de déclenchement (pour aller dans un magasin, sur internet...) impressionnant en termes de résultats», note-t-il. Selon la société d'études Informa Telecom, ce type de publicité pourrait générer des revenus de 1,5 milliard de dollars (1,87 milliard de francs cette année, deux fois plus qu'en 2006.

Arrivée des annonceurs traditionnels

D'ici quatre ans, la publicité sur les combinés mobiles devrait représenter 5 % du marché publicitaire mondial. Pour scruter ce phénomène, l'institut TNS Media Intelligence a lancé en 2006 une veille publicitaire sur les téléphones mobiles, au départ limitée à Orange, avant d'intégrer les autres opérateurs en 2007.

Reste que «la majorité des investissements (58%) concerne pour l'heure la personnalisation des mobiles, comme les sonneries, logos, fonds d'écran. Mais on voit arriver des annonceurs plus traditionnels, comme Renault, BNP Paribas ou Nike, ce qui est encourageant», indique M. Trousset.

Une rentrée d'argent qui pourrait être salutaire pour les opérateurs qui peinent à faire adopter le multimédia mobile à leurs clients, réticents à augmenter leur facture mensuelle. «La publicité sera un levier de développement des services et des usages de l'internet mobile», prédit Luc Veuillet, co-fondateur de la Mobile marketing Association, qui regroupe les acteurs français du marketing mobile.

(ats)

Ton opinion