Actualisé 17.12.2008 à 20:35

MotionPunir les clients des mineurs qui se prostituent

Le parlement vaudois a accepté mercredi une motion interdisant aux jeunes de vendre leur corps.

von
Sébastien Jost

«Le but n'est pas de mettre les mineurs qui se prostituent en taule, affirme Pierre Zwah-len. Mais bien de punir leurs clients.» Choqué par la possibilité qu'ont les jeunes de vendre leurs charmes dès 16 ans, âge de la majorité sexuelle («20 minutes» du 27 octobre), le député a décidé de réagir. Le socialiste a déposé une motion au Grand Conseil. Le parlement cantonal a accepté ce texte mercredi.

Au Conseil d'Etat maintenant de jouer. «Il faudrait modifier le Code pénal suisse, reconnaît Pierre Zwahlen. Mais cela prend du temps. J'ai donc souhaité qu'on ajoute cette interdiction dans la loi vaudoise sur la prostitution. C'est rapide.»

Des jeunes entre 16 et 18 ans se prostituent-ils vraiment dans le canton? «Nous n'avons pas connaissance de telles situations, témoigne Anne Ansermet. Cela ne veut pas dire qu'il n'y en a pas.» Coordinatrice de l'association Fleur de pavé, qui soutient les travailleuses du sexe, elle poursuit: «Si des jeunes filles se prostituent, il est très difficile d'entrer en contact avec elles. Elles préfèrent rester cachées.»

Dans ce contexte, est-il utile de faire une loi? «Si on peut me garantir que ce texte est un coup d'épée dans l'eau, j'en serais heureux, répond Pierre Zwahlen. Et il est plus intelligent de prendre des mesures contre ce phénomène avant, plutôt que d'attendre qu'il éclose pour l'interdire.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!