Environnement: Pusch propose une réforme fiscale écologique
Actualisé

EnvironnementPusch propose une réforme fiscale écologique

La Fondation suisse pour la pratique environnementale (Push) propose une réforme fiscale écologique.

Elle souhaite notamment transformer la taxe sur le CO2 en taxe sur l'énergie et introduire des taxes sur l'utilisation du sol et sur la mobilité.

Une nouvelle révolution industrielle, allant dans le sens d'une économie plus écologique (»green new deal»), semble aujourd'hui réaliste. Mais pour atteindre cet objectif, les conditions-cadre juridiques et financières doivent être adaptées, a indiqué mardi Pusch devant la presse à Berne.

Les trois programmes conjoncturels adoptés pour faire face à la récession ont permis d'injecter quelque 800 millions de francs dans des mesures qui se révèlent positives pour l'environnement, relève la fondation. Mais il manque une stratégie écologique globale, déplore-t-elle.

Des taxes incitatives

Pour résoudre à long terme les principaux problèmes environnementaux de la Suisse, Pusch propose une réforme fiscale écologique. Elle doit se baser sur des taxes incitatives sur l'énergie, sur l'utilisation du sol et sur la mobilité selon le principe du pollueur-payeur. Le ministre de l'environnement Moritz Leuenberger a lui aussi proposé récemment de taxer la mobilité.

Ces mesures devraient être introduites par étapes ces prochaines années, exige la fondation Pusch. Les rentrées d'argent supplémentaires générées par les nouvelles taxes devraient être compensées par des autres baisses, par exemple sur l'impôt sur le revenu. En matière de mobilité, les différents moyens de transport devraient davantage couvrir les coûts qu'ils occasionnent.

(ats)

Ton opinion