Corée du Nord: Pyongyang a effectué un nouveau tir

Actualisé

Corée du NordPyongyang a effectué un nouveau tir

La Corée du Nord, qui a déjà testé plusieurs missiles en début de semaine après un essai nucléaire lundi, a procédé vendredi à un nouveau tir de missile à courte portée au large de sa côte est, a indiqué l'agence sud-coréenne Yonhap.

Depuis son essai nucléaire de lundi, condamné par le Conseil de sécurité de l'ONU, la Corée du Nord, qui a menacé mercredi d'attaquer la Corée du Sud, avait lancé cinq missiles à courte portée, selon le ministère sud-coréen de la Défense. Les cinq engins avaient été tirés entre lundi et mercredi depuis la côte est du pays et avaient une portée de 130 km.

La Corée du Nord, condamnée par le Conseil de sécurité de l'ONU pour son essai nucléaire de lundi, a prévenu vendredi que des sanctions de l'ONU entraîneraient des mesures de «légitime défense», a rapporté l'agence officielle nord-coréenne KCNA. Elle considérera ce scénario comme une «rupture de l'armistice».

«Si le Conseil de sécurité de l'ONU nous provoque, de nouvelles mesures de légitime défense seront inévitables», a indiqué le ministère nord-coréen des Affaires étrangères dans un communiqué cité par l'agence KCNA.

Pyongyang a annoncé avoir effectué lundi un second essai nucléaire depuis 2006, et a lancé cinq missiles à courte portée, tout en menaçant d'attaquer la Corée du Sud après la décision par Séoul de se joindre à l'initiative de sécurité contre la prolifération (PSI).

Discussion

Les sept puissances chargées du dossier nord-coréen à l'ONU ont décidé jeudi de poursuivre leurs discussions afin de s'entendre sur une future résolution du Conseil de sécurité, qui devrait contenir des sanctions contre Pyongyang.

«Tout acte hostile du Conseil de sécurité de l'ONU équivaudra à une rupture de l'armistice», a ajouté le ministère nord-coréen, faisant référence à l'armistice de 1953 qui a mis fin à la guerre de Corée.

«Le monde verra bientôt comment notre armée et notre peuple se soulèvent face à l'oppression et le despotisme du Conseil de sécurité de l'ONU et font respecter leur dignité et leur indépendance», ajoute le communiqué.

Mesure prise par Séoul

Mercredi, la Corée du Nord avait affirmé n'être plus liée par l'armistice qui a mis fin à la guerre de Corée (1950-1953) et menacé Séoul d'une attaque militaire.

Pyongyang réagissait à la décision de Séoul de se joindre à l'Initiative de sécurité contre la Prolifération (PSI), lancée par les Etats-Unis en 2003, qui prévoit des manoeuvres militaires et autorise l'arraisonnement en haute mer de navires suspectés de transporter du matériel nucléaire et autres armes de destruction massive.

Le Nord a souligné que son essai de lundi était le 2054e dans le monde et que les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU avaient réalisé la plupart de ces essais.

afp-ats

Ton opinion