Nucléaire: Pyongyang a retiré les scellés de l'AIEA
Actualisé

NucléairePyongyang a retiré les scellés de l'AIEA

La Corée du Nord a retiré les scellés posés par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur les installations nucléaires qu'elle s'était engagée à démanteler.

Déjà, vendredi la Corée du Nord avait confirmé qu'elle se préparait à redémarrer le réacteur nucléaire de Yongbyon qu'elle s'était engagée à démanteler, en vertu d'un accord international avant de renoncer, en représailles au refus américain de la retirer de sa liste des Etats soutenant le terrorisme.

A Vienne, le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Mohamed ElBaradei, a déclaré que Pyongyang avait demandé de retirer les scellés, posés par l'agence onusienne, ainsi que les équipements de surveillance des installations nucléaires qu'il s'était engagé à démanteler.

«Ce matin, les autorités de la République populaire démocratique de Corée ont demandé aux inspecteurs de l'Agence (AIEA) de retirer les scellés et les équipements de surveillance afin de lui permettre de procéder aux essais dans le centre de retraitement, en disant que cela n'implique pas de matériel nucléaire», a indiqué M. ElBaradei devant le conseil des gouverneurs de l'agence réuni à Vienne. Il n'a cependant pas dit si les scellés avaient été effectivement retirés.

Il a encore souligné dans son discours que des inspecteurs de son institution «ont observé (...) que certains équipements, qui avaient été précédemment retirés par le régime de Pyongyang pendant le processus de démantèlement, ont été remis en place».

Quoi qu'il en soit «cela ne change rien au statut des installations nucléaires de Yongbyon qui sont fermées» selon l'AIEA, a ajouté M. ElBaradei.

Le président américain George W. Bush «exprimé son inquiétude au président (chinois) Hu» après l'annonce de Pyongyang sur le redémarrage de sa centrale nucléaire, a indiqué lundi le porte-parole de la Maison Blanche Gordon Johndroe.

Les présidents américain et chinois George W. Bush et Hu Jintao sont convenus de «travailler dur» afin de convaincre la Corée du Nord de respecter l'accord sur sa dénucléarisation, a indiqué le porte-parole.

Des négociations à Six (Chine, Corée du Nord, Corée du Sud, Etats-Unis, Japon, Russie) pour que la Corée du Nord abandonne ses programmes nucléaires militaire et civil en échange de contreparties économiques et diplomatiques ont débuté en novembre 2007, mais les pourparlers marquent le pas.

La Corée du Nord, l'un des pays les plus fermés du monde, a procédé à son premier test de bombe atomique en 2006.

Après des progrès dans le processus de dénucléarisation en 2008, la Corée du Nord a annoncé qu'elle cessait le démantèlement convenu du complexe nucléaire de Yongbyon, le coeur de ses activités nucléaires.

Pyongyang accuse les Etats-Unis de ne pas tenir leur engagement de la retirer de la liste des Etats soutenant le terrorisme, un classement qui l'empêche de bénéficier d'aides américaines et bloque les prêts d'organisations internationales.

Les Etats-Unis ont expliqué qu'ils ne retireraient la Corée du Nord de cette liste que lorsque celle-ci aurait accepté des inspections indépendantes sur l'état d'avancement du démantèlement.

(afp)

Ton opinion