Programme nucléaire: Pyongyang annonce la relance de ses installations nucléaires
Actualisé

Programme nucléairePyongyang annonce la relance de ses installations nucléaires

La Corée du Nord a annoncé samedi avoir remis en route ses installations nucléaires, nouvelle étape dans l'escalade de la tension entre Pyongyang et la communauté internationale sur le programme nucléaire du régime communiste.

Cette relance «contribuera à accroître la dissuasion nucléaire à des fins d'autodéfense, pour faire face à l'augmentation des menaces militaires de la part de forces hostiles», a déclaré le porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, cité par l'agence de presse officielle KCNA.

«Le retraitement du combustible usé provenant de notre usine nucléaire pilote a commencé», a-t-il précisé.

La Corée du Nord, qui a effectué un premier essai nucléaire en 2006, est considérée comme ayant assez de plutonium militaire pour une demi-douzaine de bombes.

Cette annonce intervient alors que les efforts diplomatiques en vue de ramener Pyongyang à la table des négociations, bloquées depuis décembre, sont dans l'impasse.

La Corée du Nord a expulsé les inspecteurs internationaux, juré de relancer son programme nucléaire et de claquer la porte des négociations sur son désarmement, après la condamnation par le Conseil de sécurité de l'ONU de son tir, le 5 avril, d'une fusée que Pyongyang dit avoir transporté un satellite. Mais la communauté internationale estime qu'il s'agissait d'un essai de missile longue portée, en violation des accords passés

Le chef de la diplomatie russe Serguéï Lavrov, qui avait tenté une médiation de deux jours à Pyongyang, a renouvelé vendredi l'opposition de Moscou à des sanctions contre la Corée du Nord.

Mais quelques heures plus tard, à New York, la commission du Conseil de sécurité consacrée à ce sujet approuvait de nouvelles sanctions contre trois sociétés nord-coréennes, réclamant aux pays en affaires avec elles de geler leurs avoirs.

Il s'agit de Trading Corp. et de Korea Ryongbong General Corp., déjà sanctionnées par leur implication présumée dans des transactions en matière de missiles balistiques, et de la Tanchon Commercial Bank, gestionnaire des fonds de ces transactions.

Selon l'agence sud-coréenne Yonhap, le numéro deux de la mission nord-coréenne près de l'ONU, Pak Tok Hun, a dénoncé cette décision, estimant que «l'utilisation pacifique de l'espace est un droit dont aucun pays ne peut être privé». (ap)

Ton opinion