Actualisé 08.04.2017 à 20:25

Guerre en SyriePyongyang condamne la frappe américaine

Le gouvernement nord-coréen a réagi à l'attaque ordonnée par le Donald Trump après un bombardement chimique présumé du gouvernement Assad.

1 / 150
Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)

Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)

AFP
Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)

Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)

Keystone
Des frappes de la coalition ont visé des immeubles d'habitation à Mayadine, dans l'est de la Syrie, faisant 35 civils morts. (Jeudi 25 mai 2017)

Des frappes de la coalition ont visé des immeubles d'habitation à Mayadine, dans l'est de la Syrie, faisant 35 civils morts. (Jeudi 25 mai 2017)

Keystone

La Corée du Nord a qualifié samedi d'«acte d'agression intolérable» la frappe américaine sur un aéroport militaire syrien, un acte «prouvant plus d'un million de fois» selon Pyongyang la justesse de son programme nucléaire.

Ce commentaire, diffusé par les médias d'Etat, constitue la première réaction nord-coréenne à l'attaque ordonnée dans la nuit de jeudi à vendredi par le président américain Donald Trump après un bombardement chimique présumé, imputé au régime de Damas.

«L'attaque américaine par missiles contre la Syrie est clairement un acte intolérable d'agression contre un Etat souverain, que nous condamnons fortement», a déclaré un porte-parole non identifié du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, cité par l'agence officielle KCNA.

«La réalité d'aujourd'hui montre que nous devons exercer pouvoir contre pouvoir, et cela prouve plus d'un million de fois que notre décision de renforcer notre dissuasion nucléaire a été le bon choix», a-t-il ajouté.

Des analystes avaient estimé auparavant que ces frappes contre l'aéroport militaire syrien constituaient aussi un message clair à destination de Pyongyang, pour lui signifier que les Etats-Unis n'auraient pas peur d'utiliser une option militaire contre la Corée du Nord.

Donald Trump a récemment menacé Pyongyang d'une action unilatérale si Pékin n'arrive pas à freiner le programme d'armes nucléaires de son voisin, ce que Pyongyang ne s'est nullement montré disposé à faire.

«Même s'ils plastronnent comme une superpuissance, les Etats-Unis ne s'en sont pris qu'à des pays dépourvus d'armes nucléaires, et l'administration Trump ne fait pas exception», a ajouté le porte-parole officiel cité par KCNA.

«L'attaque sur la Syrie nous rappelle le fait qu'il est très dangereux d'avoir des illusions sur l'impérialisme, et que seule notre puissance militaire nous protègera de l'agression impérialiste. (...) Nous continuerons à garder notre puissance militaire d'autodéfense de diverses manières pour faire face aux actes américains d'agression sans cesse grandissants», a-t-il poursuivi.

La Corée du Nord a mené cinq tests d'armes nucléaires, dont deux l'année dernière, et pourrait être en train d'en préparer un sixième, selon les analyses d'experts en imagerie satellitaire.

Elle n'a montré aucune volonté de freiner son programme de tests de missiles balistiques, ayant pour but ultime de pouvoir envoyer une charge nucléaire jusqu'aux Etats-Unis.

aph/tm/mct/pjl (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!