Nucléaire nord-coréen: Pyongyang dit suspendre le désarmement
Actualisé

Nucléaire nord-coréenPyongyang dit suspendre le désarmement

La Corée du Nord a annoncé mardi qu'elle allait suspendre le démantèlement de son programme nucléaire et envisager la relance du site de Yongbyon.

Et cela en représailles au non-respect, selon Pyongyang, par les Etats-Unis de l'accord de désarmement conclu dans les pourparlers à six.

«Nous avons décidé de suspendre immédiatement le démantèlement de nos installations nucléaires», a déclaré un responsable du ministère nord-coréen des affaires étrangères, cité par l'agence officielle KCNA. «Cette mesure est entrée en vigueur le 14 août et les parties concernées en ont été informées», a ajouté le responsable.

Selon les analystes, la Corée du Nord n'entend pas renoncer à son programme nucléaire militaire, son principal levier dans ses négociations avec la communauté internationale.

«La Corée du Nord essaye de faire traîner la situation autant que possible. En même temps, c'est un dernier effort désespéré pour essayer d'influer sur la vie politique américaine», a estimé Lee Dong-bok, collaborateur de l'institut CSIS à Séoul.

L'annonce nord-coréenne est intervenue le jour de l'ouverture de la convention du Parti démocrate américain, qui doit officiellement faire de Barack Obama son candidat à la présidentielle.

Pressions pour un mécanisme d'inspection

Elle coïncidait également avec la fin de la visite de deux jours du président chinois Hu Jintao en Corée du Sud, pour un sommet bilatéral avec son homologue coréen Lee Myung-bak, qui a engagé une politique de fermeté avec Pyongyang.

Les puissances régionales insistaient auprès du régime nord- coréen pour qu'il accepte un mécanisme permettant de vérifier l'inventaire de ses installations nucléaires remis en juillet. Les Etats-Unis ont soumis le retrait de Pyongyang de leur liste des pays soutenant le terrorisme à l'autorisation nord-coréenne de ces inspections.

La Chine n'a pas indiqué si elle avait été préalablement informée de la décision nord-coréenne, mais rappelé que les négociations sur le nucléaire nord-coréen étaient très complexes.

«Nous savons que le processus ne sera pas toujours calme et paisible. Plus les circonstances sont difficiles, plus nous devons nous souvenir des (...) engagements importants pris par chaque partie, et nous astreindre à un esprit de respect mutuel afin d'encourager la confiance réciproque», a déclaré le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères.

Le Japon «inquiet»

Le ministère sud-coréen des affaires étrangères a quant à lui qualifié la décision nord-coréenne de «regrettable» et appelé Pyongyang à reprendre le désarmement.

Le Japon a de son côté exprimé son inquiétude et son engagement à coopérer avec les autres puissances afin de relancer le processus de désarmement. «Nous devons chercher avec ténacité un abandon des programmes nucléaires (de la Corée du Nord) et poursuivre le processus prévu», a déclaré le premier ministre japonais Yasuo Fukuda, mardi lors d'une conférence de presse.

Le démantèlement du programme nucléaire nord-coréen a commencé fin 2007 dans la centrale de Yongbyon et a été en grande partie achevé. Il visait à rendre impossible une reprise des activités durant au moins un an.

Fin juin, la Corée du Nord a symboliquement détruit la tour de refroidissement de son réacteur de Yongbyon, qui lui permettait de produire du plutonium. La dernière phase du démantèlement de la centrale doit consister à retirer les barres de combustible irradiées du réacteur. (ats)

Ton opinion