Bataille navale entre les Corées: Pyongyang exige des excuses de Séoul
Actualisé

Bataille navale entre les CoréesPyongyang exige des excuses de Séoul

Une confrontation navale a opposé mardi les deux Corées autour d'une frontière sensible en Mer Jaune. Pyongyang et Séoul ont immédiatement dénoncé une «provocation» de l'autre partie.

Cet incident aggrave la tension peu avant la visite à Séoul de Barack Obama. L'affrontement, au cours duquel le navire du Nord été gravement endommagé, s'est produit après qu'un bateau de patrouille nord- coréen a pénétré dans les eaux territoriales du Sud sans tenir compte des tirs de semonce, a indiqué l'état-major sud-coréen dans un communiqué.

«Le Nord a ouvert le feu sur notre bateau. Nous avons riposté, obligeant le navire nord-coréen à rebrousser chemin», écrit-il. «Il n'y a pas eu de victimes de notre côté. Nous restons vigilants quant à de nouvelles provocations du Nord», ajoute le texte.

Excuses réclamées

Le navire du Nord, très endommagé, a rebroussé chemin, selon la même source. De son côté, la chaîne de télévision sud-coréenne YTN, citant des sources militaires, a affirmé que le bateau du Nord avait franchi la frontière alors qu'il poursuivait un chalutier chinois pêchant illégalement dans cette zone riche en crabes.

Les autorités nord-coréennes ont aussitôt exigé des excuses tout en dénonçant une «grave provocation armée». Elles ont aussi sommé Séoul de «prendre les mesures qui s'imposent pour qu'une provocation similaire ne se reproduise pas».

L'incident s'est produit près de l'île de Daechong. La Corée du Nord avait accusé Séoul le mois dernier d'avoir violé cette frontière maritime contestée en y dépêchant des navires de guerre.

Dizaines de morts

Cette démarcation maritime entre les deux pays, toujours théoriquement en guerre faute de traité de paix mettant fin au conflit de 1950-53, n'a jamais été reconnue par le Nord. Elle s'est avérée une zone de friction fréquente entre les deux Corées.

Depuis 1999, les escarmouches ont fait plusieurs dizaines de morts dans cette zone. Six marins sud-coréens ont ainsi été tués en juin 2002.

Les relations intercoréennes se sont considérablement dégradées depuis l'arrivée au pouvoir en février 2008, du président sud-coréen Lee Myung-Bak, un conservateur partisan d'une ligne intransigeante à l'égard du voisin communiste.

La tension s'est aggravée depuis que Pyongyang a mené le 25 mai son deuxième essai nucléaire, condamné par l'ONU, et annoncé n'être plus lié par l'armistice de 1953 ayant mis fin à la guerre de Corée.

Dialogue toujours ouvert

Toutefois, le Nord, qui s'est retiré à la mi-avril des négociations à six pays sur son programme nucléaire et a récemment multiplié les tirs d'essai de missiles, n'a pas totalement fermé la porte au dialogue.

La Corée du Nord a ainsi invité à Pyongyang l'émissaire américain Stephen Bosworth pour tenter de relancer les pourparlers sur la dénucléarisation du régime communiste. L'émissaire français Jack Lang se trouve pour sa part depuis lundi en Corée du Nord. (ats)

Ton opinion