Corée du Nord: Pyongyang: le nucléaire contre les «menaces» US
Actualisé

Corée du NordPyongyang: le nucléaire contre les «menaces» US

La Corée du Nord a exprimé jeudi la nécessité de posséder l'arme atomique afin de protéger son idéologie contre les menaces américaines.

La Corée du Nord a insisté jeudi avoir besoin de l'arme atomique pour s'opposer aux «menaces nucléaires américaines» et promis de ne pas renoncer à son droit à lancer des fusées pour ce qu'elle appelle un programme spatial pacifique.

Menaces idéologiques

Le but des Etats-Unis est «d'éliminer l'idéologie politique et le système pour lesquels notre peuple a opté», a déclaré le ministère nord-coréen des Affaires étrangères Pak Ui-chun, lors d'une réunion sur la sécurité en Asie à Phnom Penh, selon un résumé de ses propos distribué à la presse par la délégation nord-coréenne.

«Nous devons préserver notre souveraineté contre les menaces nucléaires américaines constantes», a-t-il encore déclaré, notant que la dissuasion atomique avait permis de maintenir l'équilibre dans la péninsule et réduit le risque de guerre.

Le 13 avril, Pyongyang avait procédé au lancement d'une fusée, considéré par Washington et ses alliés comme un tir d'essai de missile balistique. La fusée avait explosé en vol, mais le Conseil de Sécurité de l'ONU avait renforcé ses sanctions prises en 2006 et 2009 après les premiers essais nucléaires nord-coréens.

Accord saboté par les Etats-Unis

Les Etats-Unis avaient aussi suspendu un accord signé fin février, en vertu duquel la Corée du Nord s'engageait à un moratoire sur ses activités nucléaires, ses lancements de missiles et l'enrichissement d'uranium, en échange d'une aide alimentaire.

M. Pak a affirmé que Washington avait saboté l'accord de février et était responsable des tensions. Toujours selon le résumé de ses propos, le chef de la diplomatie nord-coréenne a assuré que son pays n'abandonnerait jamais son droit «à explorer et utiliser l'espace et à développer l'énergie nucléaire à des fins pacifiques».

Les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud, qui ont tenu à Phnom Penh une réunion à trois, ont de leur côté prévenu que «toute provocation de la Corée du Nord (...) conduirait à une réponse résolue et coordonnée de la communauté internationale». (afp)

Ton opinion