Corée du Nord: Pyongyang procède à un nouvel essai nucléaire
Actualisé

Corée du NordPyongyang procède à un nouvel essai nucléaire

Le régime nord-coréen a annoncé vendredi avoir mené un essai nucléaire, après la détection dans la matinée d'un séisme artificiel à proximité de son centre d'essais.

Manifestation contre le programme nucléaire nord-coréen à Séoul (Corée du Sud), le 11 février 2016.

Manifestation contre le programme nucléaire nord-coréen à Séoul (Corée du Sud), le 11 février 2016.

photo: Keystone

La Corée du Nord a procédé vendredi à un cinquième essai nucléaire. La télévision d'Etat a salué un essai «réussi». Il s'agit de l'essai «le plus puissant à ce jour», selon Séoul, juste après qu'un séisme a été détecté tout près du site où Pyongyang réalise ses tests.

La secousse, de magnitude 5,3, s'est produite à 02h30 (en Suisse), à proximité du site de Pyunggrye-ri, le jour anniversaire de la fondation de la Corée du Nord en 1948. «L'explosion a dégagé environ 10 kilotonnes», a précisé le responsable du ministère sud-coréen de la défense à l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Le troisième essai nucléaire nord-coréen, en février 2013, était jusqu'alors considéré comme le plus puissant, dégageant une énergie estimée entre six et neuf kilotonnes.

La présidente sud-coréenne Park Geun-hye a dénoncé un essai nucléaire mené au mépris des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et de la communauté internationale. Ce cinquième essai atomique témoigne de «l'inconscience maniaque» de Kim Jong-un, a ajouté la chef d'Etat. A Séoul, le gouvernement a convoqué une réunion d'urgence du conseil de sécurité nationale.

Peu après, la Corée du Nord a annoncé, par le biais de l'agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), avoir mené un essai nucléaire. L'essai a confirmé que les ogives nucléaires pouvaient être montées sur des missiles balistiques, a précisé l'organe du régime communiste, ajoutant que le pays pourra désormais produire autant de charges nucléaires que nécessaires.

Cet essai constitue une riposte aux menaces et aux sanctions émanant d'«éléments hostiles», notamment les Etats-Unis, poursuit l'agence. Le pays va poursuivre son programme nucléaire, ajoute-t-elle.

Aucune fuite radioactive ou radiation n'a eu lieu pendant le test, et aucun impact sur l'environnement n'est à déplorer, selon l'agence.

L'essai nucléaire, le deuxième de l'année après celui de janvier, est «absolument inacceptable», a réagi le premier ministre japonais, Shinzo Abe, dans un communiqué. Le Japon a dépêché des avions militaires pour inspecter de possibles radiations après le test présumé. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion