Bâle-Campagne: Pyromane par amour immodéré de la police
Actualisé

Bâle-CampagnePyromane par amour immodéré de la police

Un homme de 27 ans est jugé pour avoir provoqué sept incendies. Son motif: une admiration pour les forces de l'ordre.

par
jd/jbm
En 2015, une série d'incendies avait créé l'émoi.

En 2015, une série d'incendies avait créé l'émoi.

DR

Un jeune cuisinier aurait mis le feu intentionnellement à sept reprises. Il aurait également falsifié des cartes de police, commis de faux certificats médicaux et trompé les autorités. On lui reproche aussi une infraction concernant le port d'arme.

Une collection d'objets policiers

L'homme, âgé de 27 ans et qui se retrouve devant le Tribunal de Muttenz (BL), nie la plupart des faits qui lui sont reprochés, quand bien même la police a retrouvé sur lui une fausse carte professionnelle. «J'avais fait ce permis pour ma collection» s'est-il défendu. Chez lui, les enquêteurs ont également trouvé un mannequin portant un uniforme de police ainsi que divers objets utilisés normalement par les forces d'intervention ainsi que des badges et des photos. Depuis sa plus tendre enfance, il a toujours désiré être policier. «Quel jeune n'a-t-il jamais trouvé génial d'être policier?» a-t-il lancé à la Cour.

Une agression simuléen

En 2014 déjà, le jeune homme s'était bâillonné et ligoté lui-même pour simuler une scène de vol réaliste. Par téléphone, il avait ensuite appelé la police. «En composant le numéro avec mon nez» précise-t-il. Il a ensuite indiqué avoir monté la scène de toutes pièces.

Sept incendies intentionnels

L'année suivante, l'homme aurait mis le feu à six reprises à Allschwil et une fois à Münchenstein. Au total, le montant des dégâts s'élève à près de 500'000 francs. Pour six de ces méfaits, il indique en être à l'origine, mais pas pour le premier où il dit avoir découvert un incendie et ensuite appelé les secours. «C'était très captivant de jouer un rôle important en appelant la police» a-t-il commenté.

L'audience qui a commencé mardi devrait durer trois jours. Le verdict est attendu jeudi.

Ton opinion