Actualisé 27.11.2009 à 17:11

Climat de suspicionQuand certains voient le mal partout

Alors que l'Europe du football est embourbée dans le scandale des matches truqués, le moindre fait «suspect» sur la planète sport laisserait-t-il désormais planer le doute sur la régularité des enjeux?

von
cam

Pour preuve, la rencontre du Masters de Londres qui s'est jouée jeudi soir entre Roger Federer et Juan Martin del Potro. Un match qui s'est soldé par la victoire en 3 sets de l'Argentin, 2-6 7-6 (7/5) 6-3. Le Bâlois a finalement passé l'écueil de la phase de poules - au détriment du Britannique Andy Murray - grâce à son meilleur «jeux-average».

Au moment d'entrer sur le court, Federer et Del Potro pouvaient encore tous deux être soit qualifiés pour les demi-finales, soit éliminés, en fonction des multiples scénarios. Alors que Del Potro menait 1 set 0, un téléspectateur de la TSR, dont la question a été relayée par le commentateur, s'est demandé si les deux joueurs auraient pu s'arranger pour passer tous les deux en demis. Car à ce stade, une victoire de Del Potro, non pas en deux, mais en trois sets, propulsait les deux protagonistes dans le dernier carré.

A l'instar de cet internaute, des lecteurs de 20 minutes online se sont également posés cette question. Ceux qui ont désormais tendance à «voir de la triche partout» ont sans doute été définitivement convaincu du «bien-fondé» de leur pensée lorsqu'en plein tie-break du 2e set, dominé par Del Potro, ce dernier a soudain raté l'immanquable au filet, sur un point quasiment synonyme de balle de match. Suspicion, quand tu nous tiens!

Les meileurs moments du match entre Federer et Del Potro

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!