Actualisé 05.12.2007 à 12:52

«Quand j'ai du succès, je veux aussi être bien payé»

Le patron de Porsche, Wendelin Wiedeking, au coeur d'une polémique sur la rémunération des dirigeants, justifie son salaire de plusieurs millions d'euros par son succès à la tête du constructeur.

M. Wiedeking fait ces déclarations dans une interview à l'hebdomadaire «Die Zeit» qui paraîtra jeudi, selon des extraits communiqués dès mercredi.

La semaine dernière, le fabricant de voitures de sport a annoncé que les six membres de son directoire avait touché 113 millions d'euros (186 millions de francs) en un an. Cette nouvelle a contribué à raviver une vive polémique en Allemagne.

Le président de la République, Horst Köhler, a ainsi appelé à «une culture de la modération» au sein des entreprises alors que la chancelière conservatrice Angela Merkel s'est en partie attirée les foudres des milieux économiques en déclarant que «quand l'échec des dirigeants est récompensé par des primes fantaisistes, cela enterre la confiance dans l'équilibre social de notre pays».

Santé du groupe Porsche

Le patron de Porsche avance quant à lui un bilan plutôt flatteur. La valeur du constructeur automobile est passé de 300 millions d'euros à 25 milliards en treize ans, rappelle-t-il à «Die Zeit».

«Je pense qu'il est juste que la direction en profite en conséquence», déclare M. Wiedeking. «Je suis un entrepreneur pur sang. Je veux travailler dur», a-t-il ajouté.

Porsche peut par ailleurs se targuer d'avoir versé cette année à l'ensemble de son personnel une prime exceptionnelle de plus de 5000 euros. Les salariés bénéficient régulièrement de bonus depuis que le constructeur des 911 a retrouvé la santé financière. «Dans notre cas, tout le monde profite du succès de l'entreprise», selon son patron.

«La direction et les salariés ne sont pas les seuls à profiter de notre succès, mais aussi l'Etat», s'est-il encore défendu, rappelant qu'il était imposé à «50%» et n'avait pas choisi l'exil fiscal «en Suisse ou à Monaco». (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!