Joey Starr est sorti de prison: «Quand je vais au tribunal, je joue à guichets fermés»
Actualisé

Joey Starr est sorti de prison«Quand je vais au tribunal, je joue à guichets fermés»

A peine sorti de prison, le rappeur Joey Starr a été interviewé sur Europe 1. Il revient sur son incarcération et le refus de suspension de peine pour les concerts de NTM qu'il devait assurer l'an passé.

par
fab

Joey Starr avait été condamné à une peine de prison ferme pour avoir agressé des inconnus dans leur voiture à coups de hache.

Il est sorti ce matin de sa cellule de la prison de Fleury-Merogis, en banlieue parisienne. Et peu après, il répondait aux questions de Marc-Olivier Fogiel sur la radio Europe 1.

«J'ai eu une réaction disproportionnée, j'ai fait mon temps, et puis voilà», a commencé Joey Starr, avant d'expliquer pourquoi, selon lui, il a été condamné à une peine de prison ferme: «Quand je vais au tribunal, je joue à guichets fermés, ça ne leur plaît pas forcément. Dès que je mets un pied dans un tribunal, je n'ai jamais gain de cause. Plein de gens ne comprennent pas pourquoi on s'acharne sur moi».

C'est également en raison de son statut de star que le rappeur se serait vu refuser la demande de suspension de peine faite pour qu'il puisse honorer les engagements pris dans divers festivals d'été 2009 avec NTM. «J'aurais dû avoir une suspension de peine, qu'on attribue à n'importe qui, à partir du moment où on a des obligations professionnelles», s'est-il plaint. «Mais je ne l'ai pas eue. Je pense que c'est en rapport avec le climat. Ils se sont certainement dits: il ne va pas aller danser sur les plages cet été alors qu'il devrait être au placard».

«Il faut que je sois sage»

Si ses sept mois d'emprisonnement «à Fleury-Merogis, un des endroits les pires d'Europe» n'aura pas été de tout repos, il lui a pourtant permis d'écrire un album entier qu'il va maintenant enregistrer. Le rappeur a cependant eu le privilège d'être seul dans sa cellule.

Pour le reste, Joey Starr entend surveiller sa conduite dans les mois à venir, affirmant avoir «envie de tranquillité» et de faire de la musique: «J'ai énormément de choses à faire, j'ai une famille. J'ai un an et demi de mise à l'épreuve. Il faut que je sois sage. J'ai un suivi thérapeutique, j'y suis obligé. Je suis quelqu'un de sanguin... Ça fait partie de mon personnage», a-t-il confié à Marc-Olivier Fogiel.

Ton opinion