L’humain facteur de propagation - Quand la forêt disparaît, les pandémies se régalent
Publié

L’humain facteur de propagationQuand la forêt disparaît, les pandémies se régalent

Des chercheurs français ont établi un lien statistique clair entre la déforestation et les épidémies de maladies infectieuses transmises par les animaux.

frontiersin

La pandémie de Covid-19 n'est pas la première et ce ne sera certainement pas la dernière non plus à frapper la planète. Publiée dans le journal Frontiers, une étude universitaire argumente en faveur d'un lien entre la déforestation mondiale et ces épidémies. Pire, le reboisement et les plantations pourraient contribuer au développement des épidémies de maladies infectieuses.

frontiersin

La déforestation est une cause majeure de perte de biodiversité avec un impact négatif sur la santé humaine. Claire Lajaunie, de l’Université d’Aix-en- Provence, et Serge Morand, de l’Université de Montpellier, ont cherché à savoir si, à l'échelle mondiale, la perte et le gain de couvert forestier et l'essor des plantations de palmiers à huile peuvent favoriser les épidémies de maladies vectorielles (i.e. maladies infectieuses transmises par des vecteurs, essentiellement des insectes et acariens hématophages) et zoonotiques (i.e. maladies transmissibles entre l'Homme et l'animal).

Un lien étroit entre la déforestation et les épidémies de paludisme ou d'Ebola dans les pays tropicaux a pu être mis en évidence, notamment au Brésil, au Pérou, en Bolivie, en République démocratique du Congo, au Cameroun, en Indonésie, au Myanmar et en Malaisie.

frontiersin

Déforestation et reboisement

Compte tenu de la croissance de la population humaine, l'augmentation des flambées de maladies zoonotiques et à transmission vectorielle de 1990 à 2016 peut être liée à la déforestation, principalement dans les pays tropicaux, et au reboisement, surtout dans les pays tempérés. Les épidémies de maladies à transmission vectorielle sont souvent associées à l'augmentation des superficies des plantations de palmiers à huile, détaille un communiqué.

frontiersin

Un lien peut ainsi être établi entre la déforestation mondiale et les épidémies de maladies zoonotiques et à transmission vectorielle. L’étude apporte aussi des preuves que le reboisement et les plantations peuvent également contribuer à la propagation des épidémies de maladies infectieuses.

frontiersin

La forêt comme régulateur de maladies

A la lumière de l'importance des forêts pour la biodiversité, les moyens de subsistance et la santé humaine, les auteurs mettent en lumière la nécessité de construire «d'urgence» un cadre de gouvernance internationale pour assurer la préservation des forêts et des services écosystémiques qu'elles fournissent, y compris la régulation des maladies.

Le duo de chercheurs s'inquiète dès lors pour le Brésil, où la forêt tropicale n’a jamais été autant défrichée que cette année, même si le pays est frappé de plein fouet par la pandémie de Covid-19.

Les auteurs formulent des recommandations concernant notamment la gouvernance internationale des forêts à l'intention des scientifiques, des responsables de la santé publique et des décideurs politiques qui devraient concilier la nécessité de préserver la biodiversité tout en tenant compte des risques sanitaires posés par le manque ou la mauvaise gestion des forêts.

Les incendies de forêt au plus haut en dix ans (janvier 2021).
(cga)

Ton opinion

555 commentaires