MASERATI 3200 GT - Quand la Granturismo a subitement pris des rondeurs
Bruno von Rotz / www.zwischengas.com
Publié

MASERATI 3200 GTQuand la Granturismo a subitement pris des rondeurs

Avec le lancement de la Maserati 3200 GT en 1998, le constructeur de voitures de sport de Modène a fait preuve d’innovation en termes de style et a posé des bases solides pour les décennies suivantes.

par
Bruno von Rotz

Chez Maserati, les années 1980 et 1990 appartenaient à la Biturbo et à ses dérivés. Mais à la fin des années 1990, la firme modénaise de voitures de sport a osé prendre un nouveau départ. En juillet 1998, elle annonçait la sortie de la Maserati 3200 GT, dévoilée au grand public au Salon de l'automobile de Paris en octobre de la même année, après de premiers essais réalisés pour la presse en septembre.

La tradition laisse place à l’innovation au niveau design

Alors que Marcello Gandini intervenait principalement au niveau du design pour les modèles Maserati des années 1980 et 1990, c’est à Giorgetto Giugiaro (ItalDesign) qu’on doit les premiers traits de crayon de la 3200 GT. Ce dernier est parti d’une feuille blanche, renonçant quasiment à toute référence à d’anciens modèles, et a créé une ligne de coupé plaisante, tout en rondeurs.

Mais l’innovation la plus frappante était l’arrière, avec ses feux inédits en forme de boomerang. C'était la première fois que des LED étaient utilisées dans la construction automobile de série. L'avant était caractérisé par une calandre plate et deux phares en verre.

Avec seulement 4,51 mètres de long, 1,82 mètre de large et 1,305 mètre de haut, le designer italien a réalisé un coupé, qui était une petite merveille compacte. Elle permettait le transport de quatre adultes, c'est-à-dire qu'elle était nettement plus spacieuse que ses concurrentes, la Porsche 996, l'Aston Martin DB7 ou la Jaguar XKR.

Les feux arrière de la Maserati 3200 GT étaient inédits.

Les feux arrière de la Maserati 3200 GT étaient inédits.

Bruno von Rotz / www.zwischengas.com
Plus de 20 ans après, ses lignes et sa conduite sont toujours aussi modernes.

Plus de 20 ans après, ses lignes et sa conduite sont toujours aussi modernes.

Bruno von Rotz / www.zwischengas.com
Son design tout en rondeur s’impose.

Son design tout en rondeur s’impose.

Bruno von Rotz / www.zwischengas.com

De la continuité au niveau technologie

Si le design de la Maserati 3200 GT était foncièrement nouveau, la technologie était en revanche basée sur celle des modèles précédents, notamment de la Shamal. Le moteur et la transmission étaient déjà disponibles comme base, et des solutions similaires ont également été trouvées pour la conception des suspensions.

La 3200 GT possédait une suspension indépendante à double bras sur les quatre roues, une direction assistée à crémaillère avec 2,5 tours de volant d’une butée à l’autre, des freins à disque à ventilation interne à l'avant et à l'arrière, et des jantes alu 18 pouces avec des pneus 235/40 ZR 18 et 265/35 ZR 18.

La Maserati 3200 GT a été la dernière nouvelle conception à sortir des usines de Modène et à utiliser le moteur V8 biturbo développé en interne. Ce moteur avait été créé pour la Maserati Shamal, lancée en 1989, et avait un angle en V de 90 degrés, une disposition optimale en termes de vibrations pour un huit cylindres.

Une véritable Granturismo

Vous prenez très vite conscience d’être assis dans une Maserati; à l’intérieur de la 3200 GT, vous trouverez une multitude de tridents sur le tableau de bord, les pédales ou encore en relief sur l’appuie-tête.

La montée à bord se fait aisément, grâce notamment à sa hauteur de plus d’1,3 mètre, et dans l’habitacle, vous vous sentez immédiatement à l'aise grâce aux matériaux de haute qualité (beaucoup de cuir, ciel de toit en Alcantara). Le volant a deux niveaux de réglage, les sièges obéissent à divers moteurs électriques, de sorte que vous pouvez rapidement trouver la position assise appropriée.

Après le démarrage à l’aide de la clé de contact, le moteur V8 plante immédiatement le décor de manière dominante, mais guère dérangeante. La transmission passe les vitesses avec précision, la propulsion est toujours impressionnante, même plus de 20 ans après la construction de la voiture. Le décalage du turbo est à peine perceptible et la poussée ne s'arrête jamais, quel que soit le rapport. Sur la route, la voiture est maniable et facile à maîtriser. Le plaisir de conduire, à l’italienne! La 3200 GT a par la suite été relayée par la Maserati Coupé et la Spyder sans turbo en 2001.

Ton opinion