Actualisé 11.02.2011 à 08:30

DétournementQuand la mode sort son flingue

On vote dimanche 13 février sur les armes. Nous avons choisi notre camp, celui du décalage.

de
Sandra Imsand et Stéphanie Billeter

Depuis des semaines, l'initiative populaire «Pour la protection face à la violence des armes» divise les Suisses. Dimanche 13 février, le dépouillement des votes permettra enfin de connaître l'épilogue de ce débat qui a déchaîné les passions.

Qu'elles soient ou non interdites de séjour, les armes à feu peuvent vivre une autre existence dans la penderie ou le salon, par le biais de la mode ou du design. Depuis longtemps, pistolets et revolvers inspirent les créateurs. On se souvient du fameux «gun heel» de Karl Lagerfeld, un talon en forme de revolver adopté immédiatement par Madonna. Le designer français Philippe Starck a également détourné des Beretta et Kalachnikov comme pieds de lampe.

Et ça continue à tirer. Ainsi le 20 janvier dernier, Jean Paul Gaultier a fait défiler Andrej Pejic, son mannequin vedette, avec une arme à la main lors de la présentation de sa collection printemps-été 2012 à Paris. Quant aux nouvelles collections disponibles en magasin, elles font la part belle aux imprimés pistolet.

Quitte à les planquer dans son armoire, osons préférer aux vraies armes leurs imprimés sur un T-shirt. Avec ça, on braquera n'importe quelle fashion victim.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!