États-Unis - Quand la téléréalité pour les causes caritatives crée le buzz et la polémique
Publié

États-UnisQuand la téléréalité pour les causes caritatives crée le buzz et la polémique

Dans «The Activist», six militants se battent pour une cause caritative, notamment sur les réseaux sociaux. L’émission de la chaîne CBS est loin de faire l’unanimité.

L’annonce de la diffusion d’une émission de téléréalité mettant en compétition des militants devant promouvoir une cause caritative, en mesurant notamment leur réussite par leur activité sur les réseaux sociaux, a fait polémique, ce week-end, aux États-Unis. Nommée «The Activist», l’émission sera diffusée sur la chaîne américaine CBS, en octobre, et coproduite par l’ONG Global Citizen. Elle sera présentée par des stars telles que le chanteur Usher, l’actrice Priyanka Chopra et l’artiste Julianne Hough.

Le public suivra les aventures de «six militants», qui tenteront de «créer des mouvements puissants» et «d’apporter un véritable changement à l’une des trois causes mondiales d’importance vitale: la santé, l’éducation et l’environnement», précise le site de la chaîne.

«Il est déjà assez difficile de se battre pour des causes. Et il faudrait en plus danser et chanter pour une bande de millionnaires pendant qu’ils décident qui est digne de leurs miettes?»

Nabilah Islam, militante américaine et ancienne candidate démocrate au Congrès en Géorgie

La finale au G20, à Rome

Les candidats «s’affronteront dans des défis», leur «succès étant mesuré par l’accueil réservé à leurs publications en ligne, l’analyse des réseaux sociaux et les commentaires des présentateurs», poursuit CBS. La finale doit avoir lieu en marge du sommet du G20, à Rome, fin octobre, où les militants en herbe devront chercher à obtenir des financements et «sensibiliser le public à leur cause». «Combinant philanthropie et divertissement, ‘The Activist’ est une série révolutionnaire qui donnera de l’inspiration aux téléspectateurs», s’est réjoui Jack Sussman, un vice-président de CBS.

«Ne pourraient-ils pas donner l’argent directement aux causes militantes, plutôt que de transformer l’activisme en jeu et de donner une fraction de l’argent nécessaire en un ‘prix’? Des gens meurent», a tweeté l’actrice et militante féministe Jameela Jamil. «Il est déjà assez difficile de se battre pour des causes. Et il faudrait en plus danser et chanter pour une bande de millionnaires pendant qu’ils décident qui est digne de leurs miettes», a dénoncé Nabilah Islam, militante américaine et ancienne candidate démocrate au Congrès en Géorgie.

«Faire connaître leurs causes à un public plus large»

«Il ne s’agit pas d’une émission de téléréalité visant à banaliser le militantisme», s’est défendu Global Citizen auprès du site Deadline. L’objectif est «de montrer l’ingéniosité et le dévouement» des activistes et «de faire connaître leurs causes à un public encore plus large», a précisé l’ONG, qui lutte contre la pauvreté, pour la préservation de l’environnement et pour l’équité.

Version originale publiée sur 20min.ch

(AFP)

Ton opinion

7 commentaires