Actualisé 27.12.2013 à 13:55

Interface

Quand les robots prennent du grade à l'usine

Les automates du laboratoire d'Intel testent la réactivité des écrans tactiles et jouent à des jeux comme «Cut the Rope».

de
laf

Les robots évoluent et se voient attribuer de nouvelles tâches toujours plus ludiques. Conçu à l'origine pour déplacer des plaquettes en silicium dans les chaînes de production de semi-conducteurs, Oculus en est l'illustration. A l'aide de ses deux pattes s'appuyant sur des embouts en caoutchouc, son bras mécanique tapote désormais sur les écrans tactiles comme s'il était un être humain à part entière. Il est capable de mesurer la réactivité et la performance de l'interface et de savoir si elle est conforme aux standards exigés par les mains des utilisateurs. La vitesse d'action de ses mouvements atteignent les 8m/s. Les ingénieurs sont même capables de programmer Oculus pour lui faire gagner ou perdre une partie à des jeux comme «Cut the Rope».

D'autres tests permettent d'évaluer la réactivité des claviers virtuels, le défilement à l'écran, le geste pour zoomer ou encore d'imiter le stylet. «Un écran de qualité doit suivre le balayage d'un doigt en moins d'un dixième de seconde», commente dans la revue du MIT Eddie Raleigh. Le robot peut aussi tester l'accéléromètre et le gyroscope d'un smartphone. Les tests sont enregistrés à l'aide d'une caméra au rythme de 300 images par seconde dans une résolution supérieure à la haute définition. Un logiciel se charge ensuite d'analyser la manière dont réagit l'écran et d'apprêter ces données pour les ingénieurs.

Toutes les grandes sociétés comme Apple, Samsung ou encore LG s'appuient sur des robots aux capacités similaires dans leurs laboratoires. Oculus aurait cependant l'avantage de ne pas limiter son rayon d'action au contrôle de spécifications techniques, mais d'aller au-delà en analysant la perception des gens confrontés aux interfaces tactiles.

«Si je peux faire un robot capable de véritablement tester des applications, je pense qu'il y aura alors un vrai marché», commente Jason Huggins, cofondateur de la société Sauce Labs spécialisée dans les tests d'applications. Les robots pourraient venir concurrencer les testeurs humains et les logiciels dans cette tâche.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!