Football: Quand Lugano se paie la tête de Trump
Publié

FootballQuand Lugano se paie la tête de Trump

Un tweet du président américain a inspiré les personnes en charge de la communication dans plusieurs clubs d’Europe ce week-end.

par
Thibaud Oberli
Maurizio Jacobacci peut se féliciter du début de saison de son équipe, même si le classement va assurément changer.

Maurizio Jacobacci peut se féliciter du début de saison de son équipe, même si le classement va assurément changer.

KEYSTONE

«STOP THE COUNT!» Ce tweet de Donald Trump, adressé après un long silence inhabituel sur les réseaux sociaux, est en passe de devenir mythique. Celui-ci a été publié par l’actuel président dans la nuit de mercredi à jeudi, voulant maintenir son avance dans les états encore indécis. Lorsqu’il a publié ce message, il était encore en tête dans plusieurs de ces swings states. Cette posture s’inscrit dans sa stratégie de campagne, qui dénonce sans preuves des fraudes liées au vote par correspondance, largement utilisé par les démocrates.

Si ce cri de désespoir n’a rien changé au dépouillement des bulletins de vote, il est devenu une source de blague quasi inépuisable sur les réseaux sociaux. Le FC Lugano, auteur d’un début de saison éclatant, ne s’est pas fait prier pour se payer la tête de Donald Trump. Grâce à leur victoire samedi face au Lausanne-Sport, les Tessinois ont pris la tête du classement de Super League pour la première fois depuis longtemps. Bien sûr, les hommes de Maurizio Jacobacci comptent des matches en plus par rapport à certains adversaires placés dernièrement en quarantaine. Mais ils pourraient toutefois perdre cette place de leader au détriment du vainqueur de la rencontre de dimanche, opposant Young Boys et St-Gall.

Autre exemple vendredi soir, juste après la victoire de Southampton face à Newcastle (2-0). Les Saints, forts d’un très bon début de saison (cinq victoires, un nul et deux défaites), se classaient après cette victoire à la première place du championnat de Premier League (1e, 16 points). Une première depuis le 16 septembre 1988. La tentation était donc grande de s’inspirer des frasques de Donald Trump et ainsi le tourner au ridicule.

Durant cette septième journée, seules trois équipes peuvent dépasser les joueurs de Ralph Hasenhüttl. Il s’agit de Liverpool (2e, 16 points), Leicester (3e, 15 points) et Tottenham (4e, 14 points). Une seule équipe peut venir égaler les Saints au nombre de point, il s’agit de Wolverhamtpon (7e, 13 points).

Ton opinion

28 commentaires