Gadget à la mode: «Quand on en reçoit 50, ils sont vendus dans l'heure!»

Publié

Gadget à la mode«Quand on en reçoit 50, ils sont vendus dans l'heure!»

Le «Fidget Spinner», petit jouet qui tourne sur lui-même, est la nouvelle star des cours d'école. Et comme l'offre peine à suivre la demande, les tutos pour les faire soi-même fleurissent.

par
rmf

Pour occuper ses mains pendant les heures de cours, le nouveau phénomène qui fait fureur à l'école, c'est le «hand spinner», ou «fidget spinner»: un petit objet avec un centre immobile, qui tourne sur lui-même quand on le pince entre les doigts et qu'on lui donne de l'élan (voir démonstration en vidéo ci-dessus).

Rupture de stock généralisée

Venue des Etats-Unis, la tendance a explosé ces dernières semaines en Europe, à tel point que les magasins sont totalement largués. «Chaque jour, des enfants repartent déçus car nous sommes en rupture de stock, raconte le gérant de Toys «R» Us à Écublens (VD). Quand on en reçoit une cinquantaine, ils sont vendus dans l'heure!»

Selon le vendeur de jouets, c'est la première fois qu'une mode explose aussi fort, sur plusieurs semaines. L'objet étant bon marché, environ une dizaine de francs, il est accessible à une large population. Mais le gérant n'avait pas vu venir ce succès. «On fait les commandes une année à l'avance et il faut être prudent, parce qu'on ne sait jamais ce qui va marcher», explique-t-il.

Seul le spécialiste du jouet Davidson, à Lausanne, parvient à surfer sur la vague, rapporte «Le Temps». Le petit magasin, qui en est à sa huitième commande en trois semaines, propose un choix allant de 9 fr. 90 à 79 fr. 90. «En tant que spécialiste, nous avons des filières plus directes, explique Lydie Raymond, vendeuse chez Davidson. Mais même notre patron, dans le milieu depuis 32 ans, n'a jamais vu une telle euphorie autour d'un produit.»

Internet et fait main

«A l'école, on a quasiment tous au moins un fidget spinner», raconte Euron, 14 ans, à «20 Minuten». «Même les profs trouvent ça cool», renchérit Sahin, 13 ans. Pour faire face à la pénurie, ils se tournent désormais sur internet, où la forte demande fait parfois grimper les prix jusqu'à une trentaine de francs.

Les jeunes les plus «débrouilles» peuvent même les faire eux-mêmes, à partir de pièces détachées d'un vieux skate-board ou de rollers. Les tutos fleurissent sur internet, comme par exemple celui de Dr Nozman, qui totalise 1,7 million de vues.

Le finger spinner est utilisé pour aider les jeunes atteints d'autisme ou de troubles de l'attention et d'hyperactivité (TDAH). «Le jouet stimule la personne, et peut servir d'outil d'activation pour la concentration», explique Thomas Barth, psychothérapeute spécialisé dans les TDAH, à «20 Minuten». Des élèves et même certains profs constatent aussi cet effet calmant. Toutefois, aux Etats-Unis notamment, de plus en plus d'établissements ont banni cet objet, à cause du bruit et du dérangement causé. En Suisse romande, la plupart des établissements ne connaissent pas ce problème pour l'instant, car ce phénomène reste très nouveau.

Le finger spinner est utilisé pour aider les jeunes atteints d'autisme ou de troubles de l'attention et d'hyperactivité (TDAH). «Le jouet stimule la personne, et peut servir d'outil d'activation pour la concentration», explique Thomas Barth, psychothérapeute spécialisé dans les TDAH, à «20 Minuten». Des élèves et même certains profs constatent aussi cet effet calmant. Toutefois, aux Etats-Unis notamment, de plus en plus d'établissements ont banni cet objet, à cause du bruit et du dérangement causé. En Suisse romande, la plupart des établissements ne connaissent pas ce problème pour l'instant, car ce phénomène reste très nouveau.

Le finger spinner est utilisé pour aider les jeunes atteints d'autisme ou de troubles de l'attention et d'hyperactivité (TDAH). «Le jouet stimule la personne, et peut servir d'outil d'activation pour la concentration», explique Thomas Barth, psychothérapeute spécialisé dans les TDAH, à «20 Minuten». Des élèves et même certains profs constatent aussi cet effet calmant. Toutefois, aux Etats-Unis notamment, de plus en plus d'établissements ont banni cet objet, à cause du bruit et du dérangement causé. En Suisse romande, la plupart des établissements ne connaissent pas ce problème pour l'instant, car ce phénomène reste très nouveau.

Ton opinion