«The Voice»: «Quand on m'a appelée, j'ai cru à une blague»

Actualisé

«The Voice»«Quand on m'a appelée, j'ai cru à une blague»

Trois Suissesses vont tenter leur chance au cours des auditions à l'aveugle qui seront diffusées ce samedi 13 février. Présentations.

par
mja
Emilie était très stressée avant son audition à l'aveugle.

Emilie était très stressée avant son audition à l'aveugle.

photo: Kein Anbieter/Patric Carpentier/ Shine/tf1/ Bureau233

C'est ce samedi 13 février, à 20h55 sur TF1, que les téléspectateurs vont découvrir les premiers candidats suisses de «The Voice». Elles seront trois filles à tenter de convaincre les coaches de se retourner. Après l'interview d'Anahy, voici celle d'Emilie, une Valaisanne de 24 ans.

«Comment avez-vous atterri dans «The Voice»?

J'ai déjà tenté plusieurs télécrochets, sans être retenue. Toutefois, cette fois, ce n'est pas moi qui ai postulé pour «The Voice». C'est une copine qui m'a inscrite à mon insu. Si bien que quand la production m'a appelée pour me dire que j'étais retenue, j'ai cru à une blague. Ce n'est qu'en discutant un moment avec la personne que j'ai compris que c'était du sérieux.

Comment vous êtes-vous sentie quelques minutes avant de commencer à chanter?

Avant cette audition à l'aveugle, c'était tout simplement horrible. Je ne me suis jamais sentie aussi mal qu'à cet instant. Je ne suis pas de nature stressée, mais là, j'avais super mal dormi, mon cœur battait à 100 à l'heure, je pensais aux paroles pour ne pas me tromper.

Avant de venir sur le plateau, aviez-vous un chouchou parmi les quatre coaches, à savoir Mika, Garou, Zazie et Florent Pagny?

Au tout début, je me suis dit que, si je devais choisir quelqu'un, ce serait Mika. J'ai envie d'embrasser une carrière à l'international, et Mika est celui qui pourrait m'apporter tout ce dont j'ai besoin pour ça. Puis, par la suite, je me suis dit que je me laisserais tenter sur le moment, en fonction de qui me dira quoi.

Quel parcours d'ancien candidat de «The Voice» vous fait envie?

Tous ceux dont on parle aujourd'hui ont une très belle carrière. Si je devais choisir, je dirais sans doute Louane, parce qu'elle a percé sans avoir gagné, a fait du cinéma. Moi j'adore le cinéma, alors peut-être que c'est celle dont la carrière me fait le plus envie.

Demain samedi, découvrez l'interview d'Amandine.

Ton opinion