Santé: Quand son équipe perd, le supporter s'engraisse
Actualisé

SantéQuand son équipe perd, le supporter s'engraisse

Des chercheurs démontrent l'influence des résultats d'une équipe de sport sur l'alimentation des supporters.

par
Caroline Christinaz
Un supporter se réconforte en croquant dans ce hotdog.

Un supporter se réconforte en croquant dans ce hotdog.

La défaite d'une équipe sportive induirait un relâchement significatif dans la discipline alimentaire de ses fans. C'est la conclusion d'une étude menée par Pierre Chaudon, professeur de marketing et Yann Cornil, doctorant de l'Institut Européen d'Administration des Affaires parue dans la revue «Psychological Science».

Le lendemain du capotage, les supporters endeuillés auraient tendance à se réconforter en ingurgitant des aliments «indulgents». Entendez par là: burgers, pizzas ou glaces. En chiffres, cela représente une augmentation de 10% de calories et 16% de gras saturé par rapport à une consommation normale. Si l'équipe choyée gagne, les tendances s'inversent: l'apport calorique diminue de 5% et celui de lipides de 9%.

Selon l'étude, la défaite d'une équipe engendrerait un trouble identitaire chez ses supporters. Leurs égos aurait tendance à s'affaiblir devant la tentation. Et, comme lors d'un chagrin d'amour, le sucré, le gras et ce qui colle aux dents se meut en bouée de sauvetage.

Dans le cadre de cette recherche, les résultats de la National Football League aux Etats-Unis ont été comparés à la consommation des Américains provenant d'une dizaine de villes. Les lendemains de match, les habitudes alimentaires des habitants des villes représentées sur le terrain étaient confrontées à celle des fans au repos. Des réactions identiques chez les Européens ont été observées.

La mal-bouffe consolatrice sévit aussi dans les tribunes suisses

Et qu'en est-il en Romandie? Carlos Veiga, gérant du pub spécialisé dans la nourriture américaine «McSorley & Steak House» de la patinoire des Vernets à Genève raconte: «Les supporters viennent plus volontiers manger chez nous après une victoire. L'année passée, le restaurant était toujours plein en avance.» «Nous, on gueuletonne s'ils gagnent! Et quand ils perdent, on se contente d'une saucisse ou du McDo.» explique Lülü fan et photographe du Lausanne Sport. «En l'occurrence, ces temps, on fait des économies.»

Ton opinion