Chine: Quand tricher au marathon devient un sport national

Actualisé

ChineQuand tricher au marathon devient un sport national

Symbole de réussite sociale convoité, les compétitions donnent lieu à de nombreuses fraudes parmi les amateurs. Les autorités veulent sévir.

par
arg
En moins de dix ans, la mode de la course à pied a explosé.

En moins de dix ans, la mode de la course à pied a explosé.

AFP

Le phénomène a gagné l'Empire du Milieu en un rien de temps. De 22 compétitions organisées à travers la Chine en 2011, le chiffre est grimpé à 1500 l'an passé. La presse évoque une «fièvre du marathon» qui touche surtout la classe moyenne.

Au sein de cette tranche de la population, on affiche fièrement ses photos et ses performances sur les réseaux sociaux. On évoque même ses exploits sportifs sur son CV, dans l'espoir d'impressionner les recruteurs.

Des exclusions à vie

Les enjeux sont tels que les organisateurs constatent un nombre croissant de tentatives, parfois audacieuses, de contourner les règles. Ainsi la Fédération chinoise d'athlétisme, la CAA, a récemment décidé d'exclure à vie trois tricheurs pincés au prestigieux marathon de Boston (USA).

Deux avaient présenté de faux certificats de courses qualificatives (fournis par une agence de voyages spécialisée moyennant l'équivalent de 7000 fr.). Quant au troisième, il s'était tout bonnement fait remplacer par un coureur plus performant... Ces comportements «ont eu un impact négatif sur l'image de la Chine», a commenté la CAA.

Elle court... à vélo

D'autres fraudes sont moins subtiles. En mars, une concurrente n'avait pas hésité à emprunter un vélo lors du marathon international de Xuzhou. Et au semi-marathon de Shenzhen, quelques mois plus tôt, pas moins de 250 participants avaient tenté d'emprunter un raccourci. Conséquence: certaines courses ont déjà recours à la reconnaissance faciale afin de débusquer les petits malins. (arg/afp)

Ton opinion