Epalinges (VD): Quand un cocktail fruité fait le sel de l'intégration
Actualisé

Epalinges (VD)Quand un cocktail fruité fait le sel de l'intégration

La vente de jus de fruits permet à des migrants de faire des progrès linguistiques et des rencontres. L'action vient de recevoir un prix.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye

La vente de smoothie se déroule les mercredis et vendredis près de la station M2 à Epalinges

Cinq portions de fruits et légumes par jour constituent un passeport pour la santé? Une association basée à Epalinges, elle, a fait de ce slogan un sésame pour l'intégration des migrants. Depuis juin, Eva Roth-Kleiner, la présidente de DeMains... De mes propres MAINS et un groupe de quatre réfugiés concoctent, les mercredis et vendredis (sauf le vendredi 6 octobre), des smoothies dans un local d'Epalinges. Le frappé aux fruits est ensuite acheminé à vélo à la station de métro des Croisettes où il est vendu. «Je discute avec les clients, qui sont très sympas, et j'améliore mon français», s'est réjouie S., une Erythréenne de 23 ans, qui vit en Suisse depuis 2015.

Régine est une habituée de ce rendez-vous bi-hebdomadaire. «La présence de ces gens et leurs cocktails exotiques me font voyager devant mon lieu de travail. Finalement, mes collègues aussi ont mordu», sourit-elle. Hier, Monique devait se rendre de Fribourg à Saint-Sulpice (VD). Elle en a profité pour faire une escapade vitaminée à Epalinges . «C'est ma façon de soutenir cette idée simple, sympa et efficace», a-t-elle affirmé.

A la caisse, Z., un trentenaire érythréen, annonce l'action du jour. «Pour un Smoothie acheté, un est offert. C'est pour fêter le prix que le programme a reçu samedi.» Les clients ne se font pas prier. En moins d'une heure, les six litres de liquide à base de pommes, pruneaux, épinards, bananes, mangues ou fraises sont loin. Pour les vendeurs, DeMains est un autre jour. Vers l'intégration.

Un programme qui truste les lauriers

L'action Smoothie Nomade permet à des migrants d'être acteurs de leur intégration. «Il y a aussi des cours de français, de maths, de planification et de gestion du temps», relève l'initiatrice Eva Roth-Kleiner. Le but est de stimuler les capacités manuelles, humaines et linguistiques. Chaque trimestre, une nouvelle équipe voit le jour. Ce programme a été primé samedi par la Chambre vaudoise consultative des immigrés. Un prix qui s'ajoute à un autre décerné par la Fondation pour le développement de l'éducation permanente, basée à Genève.

Ton opinion