Consultation des cantons – Quarantaines, 2G+, tests pour entrer en Suisse: vers une fin imminente
Publié

Consultation des cantonsQuarantaines, 2G+, tests pour entrer en Suisse: vers une fin imminente

Les cantons romands sont favorables à lever l’obligation de présenter un test en entrant en Suisse. Ils veulent aussi ne plus avoir à gérer les quarantaines des cas contacts.

par
Yannick Weber
La tendance est à l’assouplissement des mesures.

La tendance est à l’assouplissement des mesures.

20min/Matthias Spicher

La Suisse est sur la voie d’un allègement des mesures. Les Cantons avaient jusqu’à lundi matin pour exprimer leurs avis sur différents points mis en consultation par le Conseil fédéral. Ils excluent tout durcissement et veulent sortir plus vite des restrictions.

Deux mois de plus avec 2G+ et en télétravail: c’est non

«Le canton est-il d’accord pour prolonger les mesures jusqu’au 31 mars?» demandait le Conseil fédéral, parlant, entre autres, de l’obligation du télétravail. «Non», répondent les Conseils d’État de Fribourg et du Jura. «Les mesures doivent rester proportionnées et il ne paraît pas envisageable de les prolonger pour une période de deux mois supplémentaires dans le contexte actuel», dit le gouvernement jurassien. «Oui, mais», répondent ceux de Vaud, Genève, Valais et Neuchâtel. Tous s’accordent à dire qu’elles doivent être levées dès que possible et qu’une réévaluation doit être faite entre mi et fin février.

La 2G+ en sursis

Plusieurs cantons plaident d’ailleurs pour un allègement concernant les certificats. La règle des 2G+ vit peut-être ses dernières heures. «La 2G+ devrait être purement et simplement abrogée et remplacée par la 3G», dit Fribourg. «Son maintien pour une partie des activités doit être questionné, notamment pour les fitness et piscines. La pratique d’une activité sportive en intérieur avec la règle 2G mais sans le port du masque devrait être possible», dit plus modérément le gouvernement jurassien.

Fin des tests à l’entrée

Les tests pour entrer en Suisse devraient normalement tomber pour les vaccinés et guéris, peut-être dès mercredi déjà, car tous les cantons qui ont pris position sont favorables à y renoncer. «L’utilité de cette mesure semble discutable actuellement», dit le gouvernement valaisan. «Les entraves à l’entrée en Suisse doivent être levées, notamment pour préserver le secteur du tourisme. Compte tenu de l’incidence élevée persistante du variant Omicron en Suisse, l’obligation de se faire tester à l’étranger n’a plus de sens», abonde Fribourg.

Cas contacts laissés libres

Les équipes de traçage des contacts étant surchargées, la plupart des cantons plaident pour ne plus avoir à ordonner de mises en quarantaines. Fribourg veut même y renoncer entièrement: «Si cette suppression n’est pas envisageable sous l’angle sanitaire, notre canton est en faveur de l’auto-quarantaine». Comme le remarque le Jura, les gens font preuve de responsabilité. «La plupart des personnes concernées ont respecté les consignes même avant la notification officielle par les autorités», constate le Conseil d’État.

Vaud préférerait que la mesure soit prise «une fois le pic de la vague dépassé, la situation dans les hôpitaux étant pour l’heure encore trop chargée et incertaine».

Positifs toujours à l’isolement

En revanche, à l’exception de Fribourg, les cantons ne soutiennent pas la décharge proposée aux cantons concernant les isolements des personnes testées positives. «Ce serait prématuré», dit le canton de Vaud. «Une obligation formelle est indispensable pour que la population respecte la mesure d’isolement», note le Valais. Neuchâtel craint «une perte de contrôle par les autorités de la surveillance et de l’application des mesures ayant pour but de protéger les personnes vulnérables».

Durée du certificat: la jungle

Le Conseil fédéral veut raccourcir la durée du certificat à 9 mois pour s’adapter au régime européen. Les cantons sont sceptiques et partagés. Globalement, réduire la durée pour les vaccinés à 9 mois est accepté. C’est pour les guéris que ça se complique. En Europe, ils sont toujours valables 6 mois, contre 12 en Suisse.

Le Jura note que les règles deviennent difficilement compréhensibles. D’un côté, on introduit la 2G+, qui suggère qu’après 4 mois une vaccination ou une guérison n’est plus très efficace, de l’autre, on s’époumone sur si on doit octroyer un certificat valable 6, 9 ou 12 mois pour les vaccinés et guéris. Pour Neuchâtel et le Valais, il serait plus simple de se calquer sur les règles européennes. Vaud insiste sur la nécessité de très bien communiquer tout changement de durée pour que la population ait le temps de s’adapter.

Et en Suisse alémanique

Comme le relève «Blick», Bâle-Campagne veut aller encore plus loin et exige du Conseil fédéral un plan pour la levée de toutes les mesures sanitaires d’ici à fin juin et celle de l’obligation du certificat Covid d’ici fin mars. Schaffhouse, Zoug, Saint-Gall, Thurgovie et les deux Appenzell refusent aussi la prolongation des mesures actuelles jusqu’à fin mars, relève le journal, qui a pour l’heure obtenu la réponse de la moitié des cantons. Concernant les isolements et quarantaines, les avis sont partagés. Bâle-Ville ne veut pas changer les règles actuelles et continuer à ordonner les quarantaines des cas contacts, mettant en doute la responsabilité individuelle louée par son voisin jurassien. En revanche, Obwald et Argovie peuvent envisager le passage à un régime d’auto-isolement.

Ton opinion

385 commentaires