Attentat au Pakistan: Quarante-sept morts et 100 blessés
Actualisé

Attentat au PakistanQuarante-sept morts et 100 blessés

Au moins 47 personnes ont été tuées vendredi dans un attentat suicide dans le nord-ouest du Pakistan, a annoncé l'administration locale.

Un attentat dans un marché de Peshawar, le 7 juillet.

Un attentat dans un marché de Peshawar, le 7 juillet.

Une attaque a visé un bureau de l'administration en train de distribuer des fauteuils roulants, vendredi matin. Le bilan est lourd: au moins 47 personnes sont décédées.

Elle a été perpétrée à Yakaghund, un village du district tribal de Mohmand, non loin de la frontière afghane et l'un des bastions des talibans pakistanais et de combattants étrangers d'Al-Qaïda, a indiqué à l'AFP un haut responsable de l'administration locale, Maqsood Ahmed.

Un kamikaze a précipité sa moto contre le bureau de l'administration locale au moment où des handicapés patientaient dans une file d'attente pour percevoir un fauteuil roulant, a expliqué le responsable du bureau, Rasool Khan. «J'étais la cible, ils ont voulu me tuer mais je n'étais pas au bureau, par chance», a- t-il assuré.

«Il y a eu 47 morts», a-t-il également affirmé, ajoutant que le kamikaze, à moto, a fait exploser sa bombe devant le bureau.

Dizaines de blessés

Des sources policières et hospitalières parlaient de dizaines de blessés.

«Le bureau de l'administration a été endommagé, tout comme un mur de la prison et plusieurs détenus sont parvenus à s'échapper», a précisé M. Ahmed. Au moins 28 prisonniers se sont évadés, essentiellement des délinquants, selon la police locale.

«L'explosion a été très violente, plusieurs bâtiments et des boutiques près du bureau de l'administration se sont effondrés», a notamment dit un officier de l'armée qui a fait boucler le périmètre. Une trentaine de magasins a été endommagée dans ce quartier commerçant.

«Les gens hurlaient, il y avait des morceaux de corps partout», a témoigné un employé de la voirie de 23 ans, Raj Wali.

Autre attentat récemment

Le Mohmand est l'une des places-fortes du Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP), principal groupe d'insurgés islamistes au Pakistan.

Le TTP, qui a fait allégeance à Al-Qaïda dès sa création en décembre 2007, est, avec des groupes qui lui sont liés, le principal responsable d'une vague de quelque 400 attentats - suicide pour la plupart - qui a fait près de 3500 tués dans tout le pays ces trois dernières années.

Les zones tribales du nord-ouest, frontalières avec l'Afghanistan, sont le fief des talibans pakistanais, le principal sanctuaire d'Al-Qaïda dans le monde, et la base arrière des talibans afghans.

Le gouvernement a promis cette semaine, sans toutefois en fixer la date, une conférence nationale pour améliorer la lutte antiterroriste après un double attentat suicide qui a fait 43 tués et plus de 170 blessés il y a une semaine dans un mausolée très fréquenté abritant le tombeau d'un saint de l'islam soufi à Lahore, dans l'est.

Démenti récent

Les talibans avaient nié être à l'origine de cette double attaque, assurant qu'ils ne visaient que l'armée, la police et les autorités dans leur campagne d'attentats.

Le 28 mai déjà, plus de 80 personnes avaient péri à Lahore dans les attaques simultanées menées par des kamikazes lourdement armés de deux mosquées d'une secte très minoritaire de l'islam, les ahmadis, durant la grande prière du vendredi.

Washington considère les zones tribales pakistanaises comme le principal sanctuaire d'Al-Qaïda et la «région la plus dangereuse du monde».

La CIA y mène une intense campagne de tirs de missiles par ses avions sans pilote drones, qui a tué de nombreux combattants islamistes - talibans pakistanais et afghans - et cadres du réseau d'Oussama ben Laden, mais aussi des civils selon les militaires pakistanais. (ats/afp)

Ton opinion