Publié

Euro 2020Quatre adversaires possibles pour l’équipe de Suisse

Selon toute vraisemblance, la Nati devrait affronter le vainqueur du «groupe de la mort» en huitièmes, soit la France, l’Allemagne ou le Portugal. Sinon, ça sera la Belgique.

par
Florian Paccaud
L’équipe de Suisse devra attendre mercredi soir pour connaître son prochain adversaire.

L’équipe de Suisse devra attendre mercredi soir pour connaître son prochain adversaire.

AFP

Grâce à la victoire de l’Autriche contre l’Ukraine et au succès du Danemark face à la Russie lundi, la Suisse est assurée de terminer parmi les quatre meilleurs troisièmes et d’être qualifiée pour les matches à élimination directe de l’Euro. Ces résultats ont également fait l’affaire de la Suède, de la France, de la République tchèque et l’Angleterre, qui, avec 4 points, passent aussi en huitièmes de finale.

Si l’adversaire de la Nati ne sera connu qu’après les rencontres du groupe F mercredi soir, il est déjà possible de décortiquer quel pourrait être le prochain adversaire de la troupe de Petkovic. Il s’agira soit de la Belgique, soit du leader du groupe F. Pour savoir quel troisième vont affronter la Belgique, les Pays-Bas, et les leaders du groupe E et F, l’UEFA utilise ce tableau, qui peut donner un certain mal de crâne quand on cherche à analyser ces 15 cas de figure.

Les meilleurs troisièmes sont départagés d’après: 1) le nombre de points, 2) la différence de buts, 3) le plus grand nombre de buts marqués, 4) le plus grand nombre de victoires. On sait que la Suisse, grâce à ses 4 points, finira forcément parmi les 4 meilleurs troisièmes, la Finlande et l’Ukraine, 3es des groupes B et C, n’en ayant que 3. On peut donc retirer les possibilités où le 3e du groupe A n’est pas présent pour les huitièmes.

On sait aussi depuis hier que, grâce à sa différence de but de -1, l’Ukraine (groupe C) sera un meilleur troisième que la Finlande (groupe B). Donc on peut enlever les possibilités où le 3e du groupe B est présent, mais pas celui du groupe C. On remarque donc que le 3e du groupe A jouera soit contre le premier du groupe B, la Belgique, soit contre le leader du groupe F, à savoir la France, l’Allemagne ou le Portugal. Quoi qu’il en soit, un gros morceau.

C’est maintenant que cela se complique. Il faut faire des hypothèses sur les autres groupes où le 3e devrait se qualifier. Dans le F, pour que le 3e ne passe pas en huitièmes, il faudrait soit que le Portugal perde par 3 buts d’écart contre la France, et que, dans le même temps, la Hongrie ne batte pas l’Allemagne. Ou alors, que l’Allemagne perde par 3 buts d’écart et que la France batte le Portugal.

À ce moment, grâce à une différence de buts de -1, l’Ukraine serait un meilleur 3e que celui du groupe F. Si tout est toujours possible au football, on peut enlever l’hypothèse d’une déroute portugaise contre les Bleus, ou d’une démonstration hongroise contre la Mannschaft. Donc si on part du principe que le 3e du groupe F sera qualifié, cela réduit encore le champ des possibilités.

Partons du principe que le 3e du «groupe de la mort» jouera bien les huitièmes de finale: pour que la Suisse affronte la Belgique, il faudrait que les 3es des groupes D et E soient tous les deux éliminés. Concernant la poule D, seul un match nul entre la Croatie et l’Ecosse mardi soir conduirait à cette configuration.

Pour ce qui est de la E, il faudrait soit que l’Espagne batte la Slovaquie d’au moins 3 buts et que, dans le même temps, la Suède ne perde pas contre la Pologne. Ou alors, que la Slovaquie batte l’Espagne, et que, dans le même temps, la Suède ne s’incline pas face à la Pologne.

Dans ces deux cas, le 3e du groupe E serait éliminé. Sinon, la Nati se farcira soit l’Allemagne, la France ou le Portugal, lundi 28 à 21h à Bucarest. Si elle tombe contre la Belgique, l’équipe de Suisse jouera le dimanche 27 à 21h à Séville. Réponse mercredi.

Ton opinion

40 commentaires