Irak: Quatre civils et un soldat américain tués
Actualisé

IrakQuatre civils et un soldat américain tués

Quatre Irakiens et un soldat américain ont été tués dimanche dans plusieurs attaques en Irak.

Une vingtaine de personnes ont été blessées lors de ces violences, selon des sources médicale, militaire et de sécurité.

Une personne a été tuée et 19 ont été blessées dans l'explosion dans la matinée d'une bombe près d'un marché à Sadr City, quartier pauvre du nord-est de Bagdad, a indiqué un responsable des services de sécurité. Trois femmes et un enfant figurent parmi les blessés.

Le quartier de Sadr City est dominé par le mouvement du chef radical chiite Moqtada Sadr.

A Mossoul, à 375 km au nord de Bagdad, un militaire et un ouvrier ont été tués par des inconnus alors qu'ils se trouvaient devant leur domicile, dans deux quartiers différents de la ville, a indiqué un officier de police.

Un Irakien qui venait d'être libéré du centre de détention de Camp Bucca, dans le sud de l'Irak, a été abattu dans sa maison à Baqouba, à 60 km au nord-est de Bagdad, a indiqué un membre du centre des opérations de sécurité de Baqouba. Selon une source policière, il s'agirait d'un ancien insurgé.

Un soldat américain tué

Un soldat américain a été tué dimanche dans l'explosion d'une bombe dans le sud de l'Irak, a indiqué l'armée américaine dans un communiqué. Le lieu exact de l'attaque n'a pas été précisé.

D'après un bilan établi par l'AFP à partir du site icasualties.org, le nombre de soldats américains morts en Irak depuis l'invasion du pays en mars 2003 s'élève désormais à 4245.

Dix corps retrouvés

L'armée irakienne a par ailleurs découvert dix corps dans une fosse commune au nord de Bagdad remontant à l'époque où Al-Qaïda contrôlait la région, a indiqué dimanche un porte-parole du ministère de la défense. Les squelettes ont été découverts samedi à Al-Taji, à 25 km au nord de la capitale irakienne.

Malgré la menace d'attentats suicides, des dizaines de milliers de pèlerins se sont massés dimanche devant la mosquée de l'imam Hussein à Kerbala (sud de Bagdad) pour commémorer l'Arbaïn, une des dates les plus sacrées du calendrier chiite.

Selon les autorités irakiennes, plusieurs millions de personnes se sont déjà rendues dans la ville sainte au cours de la semaine écoulée mais le rite doit culminer lundi à l'aube, à la fin des 40 jours de deuil commémorant la mort de l'imam Hussein, petit-fils du prophète Mahomet, dans une bataille au VIIe siècle.

(ats)

Ton opinion