Cyclisme: Quatre étapes et autant de chances pour les Suisses
Publié

CyclismeQuatre étapes et autant de chances pour les Suisses

Trois des quatre Helvètes en lice sur ce Tour de France ont d’ores et déjà été nommés «combatifs du jour». Il est temps pour eux de gagner.

par
Robin Carrel
Marc Hirschi n’est pas passé loin à deux reprises.

Marc Hirschi n’est pas passé loin à deux reprises.

KEYSTONE

Il n’y a que quatre Suisses en lice sur ce Tour de France, mais trois d’entre eux ont d’ores et déjà engrangé un des prix les moins enviés (mais recherchés quand même sur cette compétition): le prix de combatif du jour. En gros, cette récompense, souvent offerte au Français qui a été assez gentil pour égayer la journée des téléspectateurs en partant à l’avant sans gagner, est celle du «con».

Vous rapportez 2000 euros dans la caisse d’équipe et vous levez les bras quand le public a déjà quitté le podium à la fin de la cérémonie de remise des maillots. Le lendemain, vous vous élancez sur le tracé suivant avec un dossard rouge et vous avez forcément la «pancarte» qui va avec.

Michael Schär l’a gagnée le premier jour, sous la pluie battante de Nice. Marc Hirschi en a fait de même lors de la deuxième étape des Pyrénées à Laruns, après un raid phénoménal mal récompensé. Mardi dernier, c’est Stefan Küng qui s’est «bien battu» entre l’Ile d’Oléron et l’Ile de Ré. Ne manque plus que Sébastien Reichenbach réalise un solo dans le Massif Central ou dans les Alpes et qu’il reçoive également ce prix et tous les Helvètes présents sur la Grande Boucle l’auront fait.

Alors oui, c’est vrai, celui qui est nommé «Super Combatif du Tour» empoche la coquette somme de 20'000 euros et ça met un peu de beurre dans les épinards. Mais il ne faut pas oublier que ce genre de primes est partagée entre tous les coureurs de l’équipe et une part revient également aux techniciens ainsi qu’aux préparateurs. Pire, ce montant global ne représente finalement que 1% du salaire annuel d’un coureur comme Thibaut Pinot ou Richard Carapaz. Oui, ça calme.

Mais les prochains jours vont devenir encore plus intéressants pour les coureurs à la croix blanche, d’autant plus s’ils s’envoient encore des messages avant le départ pour monter une attaque comme Schär et Küng l’ont fait mardi.

Les sprinters vont gentiment lâcher l’affaire avant leurs dernières occasions de «scorer» la semaine prochaine et les cadors vont attendre la fin de l’étape avant de s’expliquer réellement. Il y a donc une fenêtre de tir qu’il conviendra de mettre à profit.

Jeudi, au programme, une étape pour puncher que Hirschi peut aller jouer vers la fin ou Schär aller chercher de loin. Vendredi, une étape de montagne que Hirschi, encore, ou Reichenbach, pourquoi pas, peuvent anticiper. Samedi, ce sont de nouveau des baroudeurs qui seront à l’honneur et les quatre représentants suisses pourraient tirer leur épingle du jeu. Dimanche, au Grand Colombier, il va sans doute falloir grimper comme seul le champion de Suisse peut le faire. On y croit.

Ton opinion

3 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Mercobenz

10.09.2020, 12:03

Pour que les suisses aient également un peu plus de chance face au copinage et au piston en Suisse sur le marché de l’emploi suisse, votez OUI à l’initiative de limitation (objet fédéral 1) le 27 septembre prochain ! Merci à toutes et à tous et bonne journée !

Astérix

10.09.2020, 10:24

Attention....à vos petites bouteilles!

Mkw

10.09.2020, 10:19

Le journaliste qui a pondu ça devrait lui aussi faire un effort solitaire