Actualisé 16.01.2015 à 13:53

Hong Kong

Quatre leaders d'«Occupy Central» inculpés

Quatre chefs de la contestation étudiante à Hong Kong ont été inculpés vendredi pour incitation à des rassemblements illégaux. Trois d'entre eux ont été libérés.

1 / 67
01.02 Des manifestants prodémocratie ont investi par milliers les rues de Hong Kong en février 2015.

01.02 Des manifestants prodémocratie ont investi par milliers les rues de Hong Kong en février 2015.

Keystone/AP/kin Cheung
01.02 Ils arborent à nouveau les parapluies jaunes, symbole de leur mouvement.

01.02 Ils arborent à nouveau les parapluies jaunes, symbole de leur mouvement.

Keystone/AP/kin Cheung
16.01 Quatre chefs de file de la contestation étudiante à Hong Kong, dont Oscar Lai (gauche), Joshua Wong (2e depuis la droite) et Derek Lam (droite), ont été inculpés vendredi pour incitation à des rassemblements illégaux.

16.01 Quatre chefs de file de la contestation étudiante à Hong Kong, dont Oscar Lai (gauche), Joshua Wong (2e depuis la droite) et Derek Lam (droite), ont été inculpés vendredi pour incitation à des rassemblements illégaux.

Reuters/Tyrone siu

Plusieurs dizaines de personnes, brandissant des parapluies jaunes devenus le symbole de la contestation pro-démocratique à Hong Kong, se sont réunies devant le quartier général de la police où les leaders étaient convoqués.

Joshua Wong, Oscar Lai, Alex Chow et Derek Lam ont été entendus par la police, qui les a prévenus que des charges pouvaient être retenues contre eux, avant de ressortir libres deux heures plus tard, indique le groupe des étudiants contestataires.

Les quatre étudiants ont été avertis qu'à l'issue de l'enquête en cours, ils pourraient être inculpés pour avoir incité à participer à des rassemblements illégaux, les avoir organisés et y avoir eux-mêmes participé.

Le mouvement de contestation avait démarré lorsque le gouvernement chinois avait refusé des élections totalement ouvertes pour la désignation du nouveau chef de l'exécutif prévue en 2017.

Pékin précisait aussi que seuls les candidats approuvés par le pouvoir central seraient en mesure de se présenter. Les manifestants réclamaient une désignation ouverte faisant valoir que la région administrative spéciale reposait sur le principe d'«un pays, deux systèmes» qui offre à la ville plus d'autonomie et de liberté. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!