Bulgarie: Quatre morts dans l’incendie d’une maison de retraite
Publié

BulgarieQuatre morts dans l’incendie d’une maison de retraite

Un résident atteint de troubles psychiatriques pourrait avoir bouté le feu à une maison de retraite et causé la mort de quatre personnes, dans la ville de Varna.

Un pompier bulgare. (photo prétexte)

Un pompier bulgare. (photo prétexte)

AFP

Quatre résidents d’une maison de retraite sont morts et un autre a été hospitalisé dans un état grave en Bulgarie, suite à un incendie à Varna (Est) dans la nuit de samedi à dimanche, a annoncé la police. Les victimes sont des hommes âgés de 70 à 73 ans et une femme de 88 ans, a indiqué une responsable de la police régionale, Petya Kupova, précisant qu’une femme de 83 ans est entre la vie et la mort. La piste d’un acte criminel provoqué par un résident atteint de troubles psychiatriques est envisagée.

Cette maison de retraite, comme d’autres établissements de ce type, souffre d’une grave pénurie de personnel et la surveillance y est limitée, notamment la nuit. En juillet déjà, quatre autres personnes étaient mortes lors d’un incendie dans un établissement appartenant au même propriétaire. En novembre, un incendie avait fait neuf morts dans une autre maison de retraite de la région de Varna.

Une enquête du parquet, toujours en cours, a fait état de «nombreuses violations de la réglementation» dans les maisons de retraite de la région de Varna, sans donner plus de détails. Elle fait suite aux plaintes des familles de résidents d’une clinique spécialisée en soins psychiatriques, qui soupçonnent des mauvais traitements et ont signalé des décès survenus peu après l’internement de leurs proches.

La Bulgarie est régulièrement épinglée par des organisations internationales concernant les graves lacunes de ses établissements de santé, particulièrement en psychiatrie. Le Conseil de l’Europe avait publiquement tancé en novembre «l’incapacité persistante» de Sofia à adopter des réformes dans le secteur des établissements psychiatriques et sociaux, malgré les rapports depuis 25 ans du Comité pour la prévention de la torture (CPT).

(AFP)

Ton opinion