Actualisé 05.03.2012 à 16:15

VaudQuatre nouveaux gymnases d'ici à 2030

Quelque 200 classes devraient voir le jour, nécessitant l'engagement d'environ 340 professeurs dans le canton de Vaud.

«Nous avons renoncé à densifier» les sites déjà existants, a relevé lundi Anne-Catherine Lyon.

«Nous avons renoncé à densifier» les sites déjà existants, a relevé lundi Anne-Catherine Lyon.

Le canton de Vaud va construire d'ici 2030 quatre nouveaux gymnases ou centre d'enseignement postobligatoire à Renens, Aigle, Echallens et Rolle, a indiqué Anne-Catherine Lyon.

«Nous devons être à la hauteur», a déclaré lundi la conseillère d'Etat en présentant la planification pour les gymnases ou Centre d'enseignement postobligatoire. «Le projet est extrêmement ambitieux» et devra répondre à l'arrivée estimée de 4000 élèves supplémentaires.

Plus de 10'000 élèves

En 1960, Vaud comptait trois établissements et moins de 2000 élèves. Aujourd'hui, le canton en compte 10 auxquels il faut ajouter le gymnase intercantonal de la Broye. Les élèves ont franchi quant à eux le cap des 10'000 unités, a expliqué la cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture.

La première étape vise à inaugurer en 2017 le Centre d'enseignement postobligatoire de l'Ouest lausannois (CEOL) près de la gare de Renens. Le Conseil d'Etat a transmis deux demandes de crédits au Grand Conseil, l'une de 7,2 millions pour l'achat du terrain, l'autre de 6,6 millions pour les études.

«Nous avons renoncé à densifier» les sites déjà existants, a relevé Anne-Catherine Lyon. Si l'on dépasse 1500 élèves au même endroit, des «difficultés» sont à craindre, ce qui a poussé le canton à préférer «une répartition sur l'ensemble» du territoire. Des effectifs «bas» pourront être ainsi maintenus.

Quelque 340 profs à trouver

La conseillère d'Etat s'est réjouie de «ce développement extrêmement puissant des études gymnasiales et de leur démocratisation». Près de 27% des jeunes d'une génération obtiennent aujourd'hui une maturité gymnasiale, contre moins de 10% dans les années 60.

Dans chaque nouvel établissement, le canton prévoit d'ouvrir 50 classes, qui nécessiteront en moyenne chacune 1,7 professeur. Séverin Bez, directeur général de l'enseignement postobligatoire, a souligné que Vaud «travaillait» aussi sur cette question de la formation des enseignants. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!