Votations: Quatre partis ont adopté des mots d'ordre
Actualisé

VotationsQuatre partis ont adopté des mots d'ordre

Quatre partis étaient réunis samedi en assemblées des délégués. Le PLR, le PDC, le PBD et le PCS ont adopté des mots d'ordre sur plusieurs objets en votation le 9 février.

Le PLR, le PDC, le PBD et le PCS ont clairement rejeté les initiatives sur l'immigration et sur l'avortement et plébiscité le financement du rail. L'initiative de l'UDC «contre l'immigration de masse» ne trouve pas grâce aux yeux des autres formations. Le PLR, réuni à Schwanden (GL), l'a balayée par 277 voix contre 4, alors que le Parti chrétien-social (PCS), rassemblé à Fribourg, l'a aussi clairement rejetée. Les deux autres partis sur le pont samedi, le PDC et le PBD, avaient déjà tranché auparavant dans le même sens.

Le président des libéraux-radicaux Philipp Müller a critiqué la solution des contingents proposée par l'UDC. Quand elle était en vigueur, dans les années 1990, alors que la situation économique était difficile, il n'y avait que 20'000 personnes de moins arrivant en Suisse qu'aujourd'hui avec la libre circulation. C'est la preuve que les contingents ne marchent pas, a-t-il lancé. Le président de la Confédération Didier Burkhalter s'est quant à lui livré devant son parti à un plaidoyer en faveur de la libre circulation. De leur côté, les délégués du PCS ont estimé que l'augmentation de la population résidente constitue certes un défi pour la Suisse, mais que les contingents annuels pour les étrangers ne sont pas la bonne réponse aux problèmes qui se posent.

Remboursement de l'avortement soutenu

L'initiative visant à exclure le remboursement de l'avortement des prestations de l'assurance maladie de base n'a pas récolté davantage d'adhésion. Les trois formations qui se sont prononcées samedi n'ont rien voulu savoir de cette proposition. Réunis à Berne, les délégués du PDC l'ont refusée par 180 voix contre 28 voix. Rendre plus difficile l«accès aux interruptions volontaires de grossesse (IVG) ne diminue pas leur nombre. Au contraire, il augmente celui des avortements illégaux et par conséquent les complications, a estimé la majorité des démocrates-chrétiens.

Le refus a été encore plus net au Parti bourgeois-démocratique (PBD), qui siégeait à Thoune (BE), avec un score de 147 voix contre 2. Selon le parti gouvernemental, l'initiative n'apporte pas d'économies, créant au contraire une plus grande bureaucratie. Elle discrimine les femmes et met en péril le principe de solidarité. Même son de cloche au PCS, où une large majorité a jugé que ce texte toucherait essentiellement une partie de la population des plus vulnérables, soit les jeunes femmes de condition modeste. Elles risqueraient, pour des raisons financières, de recourir à des interventions moins bien encadrées.

Financement du rail plébiscité

Deux «oui» clairs et nets: le financement et l'aménagement de l'infrastructure ferroviaire (FAIF) a été plébiscité. Les délégués du PCS se sont prononcés à l'unanimité, alors qu'au PBD, les 10 récalcitrants n'ont pas fait le poids face aux 152 voix favorables au projet. Le PDC et le PLR avaient déjà pris position pour le FAIF. Quelques bémols ont toutefois été émis durant les débats: les représentants du PBD ont ainsi rappelé que le trafic routier individuel a besoin d'un instrument similaire dans une prochaine étape. La ministre des transports Doris Leuthard l'a promis, a lancé le conseiller national bernois Hans Grunder. Il s'agit maintenant pour elle de tenir sa parole, a-t-il ajouté. Quant aux membres du PCS - dont le parti s'appelle désormais «Centre gauche - PCS Parti chrétien-social» -, ils ont insisté sur la nécessité de ne pas négliger les besoins des régions périphériques.

Autres mots d'ordre adoptés

Des mots d'ordre pour des votations ultérieures ont aussi été arrêtés samedi. L'initiative pour un salaire minimum de 4000 francs a ainsi été rejetée par le PDC, par 186 «non», contre 17 «oui», et 6 abstentions, et par le PBD, par 159 voix contre 2. Le PDC a en outre repoussé, par 151 «non», 43 «oui» et 15 abstentions, l'initiative pour l'abolition des forfaits fiscaux. Le PLR s'est quant à lui prononcé contre l'initiative de la Marche Blanche «Pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants» (par 181 voix contre 59). (ats)

Ton opinion