Ukraine - Quatrième soldat tué en une semaine dans l’Est séparatiste
Publié

UkraineQuatrième soldat tué en une semaine dans l’Est séparatiste

Alors que tensions et heurts reprennent dans l’est de l’Ukraine, Kiev a déclaré samedi qu’un de ses soldats, le quatrième en une semaine, avait été tué par des rebelles prorusses.

Dans l’est du pays, en conflit depuis 2014, des soldats ukrainiens restent sur le qui-vive.

Dans l’est du pays, en conflit depuis 2014, des soldats ukrainiens restent sur le qui-vive.

AFP

L’armée ukrainienne a annoncé, samedi, qu’un militaire avait été tué et trois autres blessés dans l’Est séparatiste prorusse du pays, sur fond de montée des tensions dans la zone du conflit, qui dure depuis 2014.

C’est le quatrième soldat ukrainien tué en une semaine. Selon l’armée, les blessés ont été transportés à l’hôpital et leurs jours ne sont pas en danger.

Cessez-le-feu violé

Sur Facebook, l’armée ukrainienne a précisé que les positions ukrainiennes sur le front avaient été visées par des tirs d’artillerie, de mortiers, de lance-grenades et de mitrailleuses.

«Au cours des deux dernières semaines, il y a eu un nombre croissant de violations du cessez-le-feu», a déploré, jeudi, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui déploie des centaines d’observateurs.

Plus de 13’000 morts

Depuis 2014, l’Ukraine est en conflit avec des séparatistes dans les régions de Donetsk et de Lougansk, à l’est du pays. La guerre, qui a fait plus de 13’000 morts, avait éclaté peu après l’annexion, par la Russie, de la péninsule de Crimée.

La Russie a toujours affirmé que son soutien aux régions séparatistes était purement politique, mais Kiev et ses alliés occidentaux ont dénoncé l’envoi de troupes et d’armes par Moscou.

100’000 soldats russes à la frontière

Après une trêve largement respectée dans la deuxième moitié de 2020, les tensions sont remontées cette année, notamment au printemps, quand Moscou a déployé, pendant quelques semaines, près de 100’000 soldats à plusieurs points de la frontière avec l’Ukraine.

De son côté, la Russie assure qu’il s’agissait d’exercices et que les soldats ont été retirés, mais ce retrait est resté limité, selon Kiev et les Occidentaux.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires