Mesures du PLR: Que les imams prennent des cours de langue
Actualisé

Mesures du PLRQue les imams prennent des cours de langue

Le PLR rebondit sur la polémique autour du président du Conseil central islamique suisse Nicolas Blancho.

Il a présenté jeudi ses mesures contre l'extrémisme islamique: renforcement de l'appareil de surveillance, mesures d'intégration et utilisation des langues nationales.

Les déclarations de M.Blancho sur la lapidation sont une attaque frontale contre les valeurs fondamentales inscrites dans la constitution, a déclaré le conseiller national Philipp Müller (PLR/ AG) devant la presse. Et de démentir que le parti libéral-radical surfe sur une peur d'une islamisation de la Suisse, la grande majorité des musulmans se distanciant des propos du Biennois.

Peu importe le nombre d'extrémistes, il faut agir avant que le problème ne devienne grave, a souligné son collègue genevois Christian Lüscher. Or pour prévenir, il faut pouvoir observer. Le PLR réclame donc que le Conseil fédéral revienne avant l'été avec le projet permettant aux agents fédéraux à mener des «recherches spéciales»: surveillance des communications, observation de faits dans des lieux privés, perquisitions secrètes de systèmes informatiques.

Il y a un an, le Parlement, où la gauche et l'UDC avaient fait alliance, a renvoyé sa copie au gouvernement, craignant une dérive vers l'Etat policier. Depuis, «Ueli Maurer traîne la patte», s'est offusqué le libéral genevois, le soupçonnant d'avoir intérêt à voir l'extrémisme croître en Suisse. Le ministre de la défense prévoit un premier projet à l'automne puis un second d'ici fin 2013.

Sus aux prédicateurs

Le PLR entend également s'en prendre aux prédicateurs en les forçant à utiliser une des langues nationales, voire à prévoir une traduction simultanée, et en exigeant une version dans un des idiomes suisses des textes religieux mis en circulation. «Il faut être clair, le problème c'est l'extrémisme islamique», a avancé M.Lüscher, interrogé sur la praticabilité de telles mesures et leurs conséquences pour les différentes religions.

Le parti réclame encore l'accès pour tous aux bâtiments de culte, ainsi que l'interdiction pour les imams extrémistes venus de l'étranger de prêcher sur sol helvétique. Les prédicateurs devraient être astreints à suivre des cours de langues et d'intégration. L'institution en Suisse d'une filière complète de formation des imams est à étudier.

Les libéraux-radicaux tiennent par ailleurs à leur projet de loi- cadre sur l'intégration voie le jour et à l'élargissement du champ d'application des conventions d'intégration. Ils ont profité de l'occasion pour vanter les mérites du contre-projet direct à l'initiative de l'UDC sur le renvoi des criminels étrangers.

(ats)

Ton opinion