Actualisé 04.02.2019 à 18:05

Festival

Que voir cette semaine à Soleure?

Il vous reste quatre jours pour découvrir les films montrés aux Journées de Soleure. Tour d'horizon.

de
Marine Guillain

La directrice du Festival Seraina Rohrer a choisi quatre long métrages qu'elle propose aux lecteurs de «20 minutes».

«La petite mort», d'Annie Gisler

Comment représenter l'orgasme féminin au cinéma? Est-il rouge ou bleu, est-ce une explosion, la vie ou la mort? Le documentaire d'Annie Gisler est la première proposition de Seraina Rohrer. Elle le décrit comme «une détabouisation, loin des codes du porno et de la sexologie».

(Lundi à 20h30 au Konzertsaal)

«Me dasht' me dasht' me dasht'», d'Ilir Hasanaj

«En quoi crois-tu ?» est la question cruciale que se pose un groupe de jeunes artistes sur la route entre Belgrade et Zurich, où ils vont accomplir une performance artistique. Parmi eux, un couple au bord de la rupture.

(Mardi à 16h45 au Cinéma Canva)

«Sashinka», de Kristina Wagenbauer

Quand Sasha, une jeune musicienne, voit sa génitrice débarquer chez elle sans prévenir la veille de son premier concert, elle ne cache pas son exaspération. Elle en a franchement marre du manège de cette mère femme fantasque et imprévisible. «Une histoire tragi-comique sur le passage à l'âge adulte», décrit Seraina Rohrer. Avec l'accent canadien!

(Mardi à 17h30 au Landhaus)

«Closing Time», de Nicole Vögele

Une cuisine de nuit à Taipei, tout près d'une autoroute. Monsieur Kuo et Madame Lin servent des «litte plates with rice». En fond sonore, les rumeurs de la nuit. Des moitiés de cochon pendent dans des camions, un tatoueur affamé s'attarde. «Closing Time» est un regard superbe sur la vie qui ne s'arrête jamais dans les mégapoles du monde.

(Mercredi à 21h au Cinéma Canva)

On a vu «La petite mort», voici notre avis

On a vu «La petite mort», voici notre avis

Drôle de terme, «La petite mort» pour définir l'orgasme ou l'état le post-orgasmique... Quoiqu'il en soit, dans ce documentaire, cinq femmes racontent à la caméra d'Annie Gisler leur rapport au plaisir sexuel, leurs ressentis divers. Aussi, elles évoquent les tabous et la mésinformation qui règnent sur le sujet. Qu'est-ce qu'un bon amant? Quel est votre rapport au plaisir vaginal ou clitoridien? Avez-vous eu une éjaculation féminine? Sont des questions auxquelles elles répondent en toute franchise. Certains constats sont frappants, comme de voir à quel point le concept du point G leur est étranger. «La petite mort» est à la fois triste (toute la pression que l'on se met!), révelateur et libérateur. Chacun, homme ou femme, jeune ou moins jeune, devrait y trouver un intéret. A quand une version sur l'orgasme masculin? On l'attend avec impatience! ***

Après «La petite mort», «#Female Pleasure»

Après «La petite mort», «#Female Pleasure»

Si le sujet de la sexualité féminine vous intéresse, ne manquez pas non plus «#Female Pleasure» (mercredi à 17h30). Ce doc brillant et poignant de Barbara Miller traite du contrôle de la sexualité féminine et des violences qui en découlent. Et de la libération. Présenté à Locarno en août dernier, il avait séduit les foules. «#Female Pleasure» sortira en Suisse romande le 13 mars prochain. *****

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!