Sorties cinéma: Que voir dans les salles dès le 30 septembre 2020?

Publié

Sorties cinémaQue voir dans les salles dès le 30 septembre 2020?

Découvrez les critiques et les bandes-annonces des nouveaux films à l’affiche cette semaine.

par
Catherine Magnin et Marine Guillain
«Bigfoot Family»

«Bigfoot Family»

DR

«Mon cousin», de Jan Kounen

Adrien (François Damiens) est un grain de pop-corn. C’est-à-dire qu’il s’agite dans tous les sens, prêt à exploser au moindre souffle. Tout l’opposé de son cousin Pierre (Vincent Lindon), intraitable PDG d’une grosse boîte. Ce dernier n’a que peu d’estime pour Adrien, mais il a besoin de lui pour la signature d’un contrat important. Il doit donc serrer le poing et supporter les fantaisies de son cadet, qui se greffe à un voyage d’affaires. Il est vrai que «Mon cousin» tire sur quelques ficelles classiques propres au buddy movie. Cependant, Jan Kounen tire son épingle du jeu grâce à un duo d’acteurs plaisant à regarder (bien que trop à l’aise dans des rôles dont ils ont l’habitude) et à une prise de risque singulière dans la mise en scène. ***

«Bigfoot Family», de Ben Stassen et Jérémie Degruson

Propulsé star médiatique, Bigfoot, qu’on avait découvert il y a trois ans dans «Bigfoot Junior», trouve un sens à sa vie en volant au secours d’un coin perdu d’Alaska menacé par un forage pétrolier. Sa famille ne va pas tarder à le rejoindre. Un brin tape-à-l’œil, mais sans lésiner sur la qualité graphique ni se perdre dans un énième degré clivant, le film de Ben Stassen et Jérémie Degruson réussit sa mission divertissante. Pour petits et grands. ***

«Le gruffalo et autres histoires de monstres», de Jakob Schuh et Max Lang

Il était une fois une petite souris qui avait réussi à se faire craindre d’un renard, d’une chouette et d’un serpent en prétextant un rendez-vous avec un monstre, un gruffalo! Elle le leur décrit tout en riant sous cape car, assure-t-elle, un gruffalo, ça n’existe pas! Vraiment? Pour connaître le fin mot de l’histoire, rendez-vous ce dimanche, puis tout le mois d’octobre, au CityClub à Pully, ainsi qu’au Cinélux à Genève. ***

«Les sept de Chicago», d’Aaron Sorkin

Les organisateurs de la manif réprimée par la police à Chicago en 1968 finirent devant les juges pour conspiration. Tel est le thème du thriller «Les sept de Chicago», dont Warner a cédé les droits à Netflix. Nous, Suisses, pouvons le voir en salle. Avec Eddie Redmayne, Sacha Baron Cohen, Joseph Gordon-Levitt, Seth Rogen. Pas vu.

«Billie», de James Erskine

Quand elle mourut à 44 ans, en 1959, Billie Holiday n’était plus que l’ombre d’elle-même, tant les mauvais traitements de ses partenaires et la drogue l’avaient usée. «Billie» retrace, avec force documents inédits, la vie trop courte de celle qui restera comme l’un des grands noms du jazz vocal. ***

«Ly-Ling et Monsieur Urgesi», de Giancarlo Moos

Ça clashe fort entre l’Italien Cosimo Urgesi et la Suisso-Laotienne Ly-Ling Vilaysane. Installés à Saint-Gall, les deux couturiers s’engagent dans une collaboration compliquée, entre choc des cultures et des générations. Voilà un doc parfois répétitif mais toutefois sympathique. **

«Overseas», de Sung-A Yoon

Aux Philippines, on forme des domestiques et des nounous à la chaîne, pour le «marché» étranger. On a beau leur apprendre, outre la rigueur, la manière de ne pas subir tout et n’importe quoi, cet esclavage quasi institutionnalisé fait froid dans le dos. ***

«J’irai mourir dans les Carpates», d’Antoine de Maximy

Parti tourner un épisode de «J'irai dormir chez vous», Antoine de Maximy est victime d'un accident de la route dans les Carpates et est porté disparu. A Paris, sa monteuse (Alice Pol) décide de visionner les images du globe-squatteur afin de terminer le montage de ce dernier épisode. Elle suspecte très vite quelque chose de louche. Inspirée de son émission TV, «J’irai mourir dans les Carpates» est la première fiction que réalise l’animateur Antoine de Maximy. Pas vu.

Et encore

Animatou

Une centaine de courts métrages d’animation sont au programme de la 15e édition du festival Animatou, qui se tient du 1er au 10 octobre à Genève. Avec des compétitions délicieusement dénommées Pistache (spécialement pensée pour les crèches genevoises) ou Caramel (délocalisée à Satigny), mais sans oublier l’internationale, la suisse ou l’expérimentale. Cristal du Meilleur long métrage au dernier festival d’Annecy, le film «Calamity», de Rémi Chayé (sortie en salle le 14 octobre), sera à découvrir dimanche en avant-première.

Info et programme: www.animatou.com

Au CityClub

Outre «Overseas» (lire plus haut), le CityClub Pully (VD) projette encore trois nouveaux films au mois d’octobre. Réalisé par Aude Léa Rapin, «Les héros ne meurent jamais» met en scène Adèle Haenel dans l’histoire de la réincarnation d’un soldat mort en Bosnie. Dans «Madre», de Rodrigo Sorogoyen, une mère ne se remet pas de la disparition de son fils de 6 ans il y a une dizaine d’années… jusqu’à ce qu’elle croise un adolescent qui lui ressemble furieusement. Enfin, «Un pays qui se tient sage» est un documentaire du journaliste français David Dufresne qui ausculte les violences policières, et dont nous vous reparlerons la semaine prochaine.

à lire également:

Ton opinion