09.09.2020 à 07:20

Sorties cinémaQue voir dans les salles dès le 9 septembre 2020?

Découvrez les critiques et les bandes-annonces des nouveaux films à l’affiche cette semaine.

de
Marine Guillain et Catherine Magnin
 «Baracoa», de Pablo Briones

«Baracoa», de Pablo Briones

DR

«Le jardin secret», de Marc Munden

Les aventures d’une petite orpheline dans un lieu féerique auraient dû émerveiller; elles se révèlent plutôt mornes. Pour lire notre critique, c’est par ici.

«Volunteer», d’Anna Thommen et Lorenz Nufer.

Banales, les images de migrants s’échouant sur les côtes de Lesbos? Pas celles que montre «Volunteer». Anna Thommen et Lorenz Nufer se sont intéressés à des Suisses partis se mouiller pour évacuer des embarcations de fortune. Rude, l’impact de cette expérience sur ces bénévoles qui ont encaissé comme une baffe la réalité du terrain, souvent dégueulasse (les hordes d’humanitaires se prenant en selfie… avant de prendre leurs jambes à leur cou pour échapper à cet enfer), et surtout le poids d’une responsabilité inattendue. Ces Suisses ont beau ne pas être des petites natures, ils n’en ressortent pas indemnes. Les spectateurs du film non plus. ****

«La daronne», de Jean-Paul Salomé

Interprète spécialisée en écoutes téléphoniques, Patience (Isabelle Huppert) bosse pour la brigade des stups. Un jour, elle entend une voix qu’elle reconnaît et décide de couvrir le suspect. Quelques péripéties plus tard, la voici en possession de kilos de drogue, qu’elle va se mettre à dealer... Après quatre films en 2019, Isabelle Huppert (67 ans) ne ralentit pas la cadence; elle se renouvelle encore en incarnant une dealeuse qui parle arabe... rigolo, sans être extraordinaire. **

«The Personal History of David Copperfield», d’Armando Iannucci

Non, on ne parle pas d’un magicien célèbre, mais du héros de Charles Dickens. À partir de «David Copperfield», Armando Iannucci tisse une fiction déjantée et rafraîchissante, entre drame (un peu) et comédie (surtout). D’une enfance pauvre à la gloire en tant qu’écrivain, le récit suit le parcours de Copperfield (Dev Patel), parsemé de rencontres avec des personnages extravagants. **

«Baracoa», de Pablo Briones

Dans la campagne cubaine, deux enfants passent leurs vacances d’été livrés à eux-mêmes, occupant leur ennui comme ils le peuvent. Montré dans divers festivals dont Locarno, les journées de Soleure et la Berlinale, «Baracoa» est avant tout une histoire d’amitié. Elle est racontée de manière minimaliste, sous des airs de faux documentaire. **

«Wetlands, l’héritage de Luc Hoffmann», de Stephan Rytz

Cofondateur du WWF, pionnier du développement durable, Luc Hoffmann a œuvré toute sa vie pour protéger l’environnement. Le documentaire de Stephan Rytz rend hommage à cet ornithologue suisse et met en lumière l’importance des zones humides, indispensables à la survie de l’homme sur la Terre. Pas vu.

«Si c’était de l’amour», de Patric Chiha

Ce documentaire suit quinze jeunes danseurs en tournée pour danser Crowd, une pièce de Gisèle Vienne inspirée des raves des années 1990. On y voit les frontières se troubler entre les relations intimes de la scène et celles de la vraie vie. A découvrir au City-Club de Pully (VD). Pas vu.

Et encore

Le film «Ji bo Azadiyê (The End Will Be Spectacular)», du réalisateur Ersin Celik, aurait dû être montré au FIFDH à Genève en mars dernier. Tout n’est pas perdu puisqu’il sera possible de le voir ce jeudi 10 septembre au Pathé Flon à Lausanne. La projection est organisée par le Centre Culturel du Kurdistan Lausanne. Elle sera suivie d'une table ronde avec les réalisateurs.

À lire sur le même sujet:

  1. Que voir dans les salles dès le 2 septembre 2020?
  2. Que voir dans les salles dès le 26 août 2020?
  3. Que voir dans les salles dès le 19 août 2020?
  4. Que voir dans les salles dès le 12 août 2020?

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!