Actualisé 01.01.2018 à 15:49

Tempête Carmen

Quelque 65'000 foyers privés d'électricité

La violente tempête hivernale qui a commencé lundi à traverser l'Hexagone a provoqué dimanche la mort d'un homme dans le sud-ouest, alors que 40 départements sont en vigilance orange.

Un homme d'une soixantaine d'années a été tué par la chute d'un arbre sur la voiture dans laquelle il se trouvait près de Saint-Jean-Pied-de-Port, selon la gendarmerie de Pau. «Carmen», la troisième tempête hivernale après Ana et Bruno, en décembre, a atteint la côte Atlantique lundi matin mais, dès dimanche après-midi, l'ouest de la France a été touché par des pluies parfois soutenues accompagnées de rafales de vent de 60 à 80 km/h ainsi que par de «fortes vagues» sur le littoral.

Quelque 65'000 foyers étaient privés d'électricité lundi dans les régions Bretagne, Pays-de-la-Loire et Nouvelle-Aquitaine à la suite du passage de la tempête Carmen. «L'événement vient à peine de commencer, donc forcément, ça va s'aggraver. C'est une tempête qui se décale d'ouest en est, les vents tempétueux touchent d'abord les départements de la côte atlantique. Puis, dans le courant de la journée, ils vont se propager du sud-ouest au Massif central et, dans la soirée et la nuit prochaine, c'est plutôt la Corse qui sera touchée», explique à l'AFP Patrick Galois, prévisionniste à Météo-France.

Enedis précise dans un communiqué que «1500 agents (...) et entreprises prestataires sont mobilisés sur tout le territoire pour faire face à la situation et rétablir les clients au plus vite en ce 1er janvier 2018». En Bretagne, le courant a été rétabli pour 30'000 foyers, mais 10'000 autres en étaient toujours privés dans l'après-midi.

Rafales jusqu'à 150 km/h

«Actuellement, le centre de la dépression circule en Manche, elle est au nord de la Bretagne, elle va se décaler vers la Normandie dans le courant de la journée mais les vents les plus forts seront observés au sud de la dépression», ajoute-t-il. A 8h, des rafales à 133 km/h ont été enregistrées à la pointe du Raz, 119 km/h à Belle-Île, 115 km/h à Ouessant (Finistère). Les liaisons avec les îles ont d'ailleurs été coupées jusqu'à mardi. En Nouvelle-Aquitaine, avec une très forte houle amplifiée par la force des vents, des déferlantes jusqu'à 9 mètres sont attendues sur le littoral atlantique à la pleine mer, vers 16 heures.

Le pont de Noirmoutier (Vendée), qui relie l'île au continent, a également été fermé aux véhicules de plus de 2m. Dans la perspective de vents «violents» qui pourront aller jusqu'à des rafales de 150 km/h par endroits, Météo-France a annoncé le placement, au total, de 40 départements en vigilance orange «vent» et/ou «vagues-submersion». La fin de l'évènement est prévu pour mardi à 6h. La concomitance du passage de Carmen avec des coefficients de marée élevés (97 pour la pleine mer lundi après-midi) risque d'entraîner des phénomènes de submersion marine sur les parties «exposées ou vulnérables» du littoral. Tous les départements de la façade ouest, du Finistère aux Pyrénées-Atlantiques, sont concernés par l'alerte orange «vagues-submersion».

Ces risques météo ont déjà conduit plusieurs municipalités à annuler des événements prévus en bord de mer. Ainsi, certains traditionnels bains du Nouvel An ont été annulés ou reportés comme celui d'Anglet (Pyrénées-Atlantiques), reprogrammé pour le 7 janvier. La mairie de La Rochelle (Charente-Maritime) a annulé le bal du Nouvel An prévu lundi soir sur le Vieux-Port et la ville de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) a interdit l'accès aux plages jusqu'à mardi. (20 minutes/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!