Actualisé

France - LarzacQuelques milliers de personnes manifestent

Les opposants à l'extraction et à l'exploitation du gaz de schiste en France ont organisé plusieurs manifestations dans les régions concernées.

Malgré le recul du gouvernement sur ce dossier, la coordination nationale des opposants à l'extraction et à l'exploitation du gaz de schiste en France a maintenu sa pression en organisant ce week-end plusieurs manifestations dans les départements concernés par des projets de forage.

Dans le Sud-Ouest, ils étaient ainsi environ 4.000 dimanche à Nant (Aveyron), sur le plateau du Larzac, en présence notamment de José Bové.

Les manifestants, réunis dans une ambiance festive et brandissant des pancartes «No Gazaran», veulent maintenir la pression sur le gouvernement qui a reculé mercredi en annonçant l'annulation des permis déjà accordés face aux critiques de députés de tous bords.

Cette commune a donné son nom à l'un des permis délivrés par l'ancien ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, autorisant des groupes gaziers et pétroliers à prospecter le gaz de schiste sur ce territoire. La protestation contre cette exploitation était partie de cette région couverte par trois permis accordés en 2010.

«Le gouvernement commence à entendre notre mécontentement, mais les belles paroles de François Fillon ne sont pas suffisantes tant que la loi interdisant l'exploitation du gaz de schiste ne sera pas votée à l'Assemblée nationale et au Sénat», a expliqué José Bové, député européen Europe Ecologie.

Le Premier ministre a en effet laissé la possibilité d'une exploitation future des gisements, avec d'autres techniques. Il a précisé avoir ordonné une mission de recherche scientifique pour étudier les possibilités d'exploiter de tels gaz sans nuire à l'environnement.

«François Fillon a donné l'impression que le gouvernement se réservait la possibilité de refaire passer ses projets d'une façon peut-être un peu plus acceptable la prochaine fois, mais pour nous cette exploitation est inacceptable, quelle que soit les techniques employées», a martelé M. Bové en pointant les risques que les techniques d'extraction font peser sur les sols et les nappes phréatiques.

Une proposition de loi déposée par le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale Christian Jacob «visant à abroger les permis exclusifs de recherches d'hydrocarbures non conventionnels et à interdire leur exploration et leur exploitation sur le territoire national» sera examinée par le Parlement à partir du 10 mai. Ce jour-là, la coordination nationale des collectifs anti-gaz et huile de schiste appelle à manifester devant l'Assemblée nationale.

Depuis vendredi, elle a organisé plusieurs manifestations en France, notamment à Brignoles (Var), Cahors (Lot), Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), Avignon (Vaucluse), Lyon, Marseille et Meaux (Seine-et-Marne). (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!