30.06.2020 à 09:05

VÉRIFICATION DES FAITS

Quels sont les mythes sur les économies d'énergie?

De nombreuses demi-vérités et contrevérités sur les économies d'énergie et la protection de l'environnement perdurent. Le moment est venu de faire le point.

de
Stephanie Sigrist
1 / 6
Trop peu de rayonnement solaire pour l'énergie solaire, mauvais bilan énergétique des lampes LED et programme écologique inefficace pour le lavage? Certains préjugés sur les économies d'énergie et la protection de l'environnement sont encore fortement ancrés dans l'esprit de nombreuses personnes, à tort.

Trop peu de rayonnement solaire pour l'énergie solaire, mauvais bilan énergétique des lampes LED et programme écologique inefficace pour le lavage? Certains préjugés sur les économies d'énergie et la protection de l'environnement sont encore fortement ancrés dans l'esprit de nombreuses personnes, à tort.

Pexels
De nombreux détracteurs du solaire affirment que le rayonnement solaire en Suisse est trop faible pour une utilisation rentable de l'énergie solaire. Ce n'est pas vrai! La surface de la Suisse reçoit environ 200 fois plus de rayonnement solaire que le pays entier ne consomme d'énergie.

De nombreux détracteurs du solaire affirment que le rayonnement solaire en Suisse est trop faible pour une utilisation rentable de l'énergie solaire. Ce n'est pas vrai! La surface de la Suisse reçoit environ 200 fois plus de rayonnement solaire que le pays entier ne consomme d'énergie.

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi
La chaleur s'accumule dans les bâtiments bien isolés? Non au contraire: une bonne isolation empêche la chaleur de pénétrer dans la maison.

La chaleur s'accumule dans les bâtiments bien isolés? Non au contraire: une bonne isolation empêche la chaleur de pénétrer dans la maison.

Elena Monti

Avec le vote sur la stratégie énergétique 2050, la Suisse s'est engagée sur la voie d'un avenir énergétique où l'énergie sera utilisée de manière plus efficace et produite de manière plus durable et indépendante de l'étranger. La consommation moyenne d'énergie doit être réduite de 43% par personne d'ici 2035. La mise en œuvre de la stratégie énergétique n'est pas seulement la tâche de quelques gros consommateurs, mais nécessite l'engagement à long terme de toute la population. La consommation d'énergie et la protection du climat ont commencé à faire l'objet de débats animés déjà bien avant l'adoption de la stratégie énergétique et des manifestations sur le climat. Néanmoins de nombreux mythes circulent encore à propos des économies d'énergie et de la protection de l'environnement. Voici l’examen détaillé de cinq demi-vérités ou contrevérités fréquemment mentionnées.

En Suisse, le rayonnement solaire est trop faible pour une utilisation rentable de l'énergie solaire. Ce n’est pas le cas! Dans notre pays, l’ensoleillement annuel varie de 1050 à 1550 kWh/m² en fonction du site. En d’autres termes, la surface totale de la Suisse (41’285 km²) reçoit environ 200 fois plus de rayonnement solaire que la consommation totale d’énergie du pays. L’utilisation actuelle de la technologie photovoltaïque ne dépend que partiellement de l’intensité du rayonnement solaire. En Europe, les pays qui exploitent le plus intensivement l’énergie solaire sont autant méridionaux (Grèce et Italie notamment) que du centre du continent (Allemagne, Belgique, République Tchèque). L'Office fédéral de l'énergie estime le potentiel de production des toitures et façades suisses à 67 térawattheures par an. Ce qui signifie qu'une production d'énergie solaire 40 fois plus élevée qu'aujourd'hui serait possible.

L'isolation des bâtiments réduit les coûts de chauffage en hiver, mais en été la chaleur stagne dans les bâtiments bien isolés. Au contraire: une bonne isolation ne laisse pas entrer la chaleur dans la maison. Dans des combles mal ou pas du tout isolées, il peut faire jusqu'à 80°C en été. En plus d’être désagréable, la chaleur peut entraîner de la fatigue, des vertiges, des maux de tête et même des problèmes cardiovasculaires. Avec une bonne isolation et une ventilation adéquate, il est possible d'obtenir des températures intérieures agréables même au plus chaud de l'été.

Les lampes LED nécessitent plus d'énergie grise que les ampoules conventionnelles, ainsi leur impact est plus important sur l'environnement. Cette affirmation est fausse! Il faut environ 3-4 kW/h pour produire une lampe LED. Si on remplace une lampe à incandescence de 60 W par une lampe LED de même puissance, l'énergie grise est économisée après seulement 70 heures de fonctionnement environ. En comparaison, la durée de vie d'une LED est d'environ 20’000 heures.

Les fruits et légumes en provenance de Suisse ont un meilleur bilan environnemental que les produits importés. La règle empirique, selon laquelle les produits de la région sont plus écologiques n’est pas toujours vraie: lorsque les fruits ou les légumes sont produits dans des serres chauffées, l'énergie de chauffage représente la majeure partie de l'énergie requise pendant le cycle de vie des produits, ce qu'on appelle l'énergie grise. Ainsi, le bilan énergétique des tomates, concombres ou autres légumes produits en Suisse dans des serres chauffées à l'énergie fossile hors saison est pire que celui de ces mêmes produits provenant du sud de l'Europe. Le transport par camion a un impact moindre sur l’environnement que le chauffage des serres. Les consommateurs soucieux de l'environnement devraient se tourner vers des produits saisonniers cultivés en plein air. Les fruits et légumes de la région sont particulièrement écologiques lorsqu'ils sont de saison.

Le programme dit «écologique» de nombreuses machines à laver est plus long qu'un cycle de lavage normal et consomme donc presque la même quantité d'énergie que le programme standard. Cette déclaration est fausse! Chauffer l’eau est ce qui consomme le plus d’énergie. Selon le type de machine et la température de lavage, ceci requiert jusqu'à 2/3 de la consommation totale d'énergie. L'énergie peut donc être économisée principalement grâce à la baisse de la température de l'eau. En lavant à 30°C, vous pouvez économiser jusqu'à 70% d'électricité par rapport à un lavage à 90°C, et environ 20% par rapport à un lavage à 40°C. Mais renoncer au prélavage, veiller à la quantité de remplissage ou encore le séchage ont également une influence sur la consommation d'énergie – et donc sur les coûts d'électricité. La rotation du tambour consomme relativement peu d'électricité. Dans le cadre d’un programme écologique, le linge est souvent trempé d’abord, ce qui permet de le laver à des températures plus basses ensuite.

#NOUSSOMMESLEFUTUR

#NOUSSOMMESLEFUTUR est une campagne nationale soutenue par des entreprises de renom et par SuisseEnergie. Son objectif est d'encourager la population suisse à économiser de l’énergie dans la vie quotidienne et à s'intéresser activement aux thématiques énergétiques ainsi qu’à la protection du climat. En tant que partenaire média, 20 minutes soutient la campagne #NOUSSOMMESLEFUTUR avec des articles de fond, des reportages et des quiz.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!