Actualisé 22.10.2010 à 17:25

MusiqueQuels sont les secrets de la durée?

Alors que certains artistes traversent les époques sans prendre une ride, d'autres sont taxés de chanteur ringard.

von
Sandra Imsand

Frédéric François s'apprête à sortir un nouvel album. Encore un. Après plus de 40 ans de carrière, le Belge d'origine sicilienne ne montre pas le moindre signe de lassitude et continue de surfer sur la vague du succès. Le pimpant sexagénaire – son secret beauté, c'est les pâtes, affirme-t-il – a pu compter sur son public tout au long de sa carrière. D'ailleurs, en janvier 2011, il se produira pour la 13e fois à l'Olympia de Paris et les places s'arrachent déjà comme des petits pains. Tous n'ont pourtant pas eu cette chance. Frédéric François reconnaît que d'autres artistes, pour certains des amis, sont tombés dans l'oubli, «car ils sont restés figés à une époque».

Mais si certains chanteurs ont tout simplement disparus de la surface de la terre, d'autres entament une seconde carrière dans le cadre des tournées «Age tendre et Têtes de bois», qui font toujours salles combles six ans après leur création. D'ailleurs, Sheila, la Compagnie créole ou encore Herbert Léonard se sont produit pas plus tard que vendredi dernier à Lyon dans une Halle Tony Garnier pleine à craquer. Et si finalement, être ringard, c'était devenu la tendance ultime?

20 Minutes: Frédéric François, êtes-vous un chanteur ringard?

Frédéric François: Je ne pense pas. Une personne ringarde, ou has been, c'est quelqu'un qui n'est plus, or, depuis les années 70, mes chansons sont régulièrement très bien placés au hits-parade. Comme celles de Johnny Hallyday, d'ailleurs. Je n'arrive pas à expliquer les clés du succès, c'est le public qui décide de vous suivre ou non.

Quelle est la différence entre le public de vos débuts et celui d'aujourd'hui?

Avant, il était uniquement constitué de femmes jeunes, tandis qu'aujourd'hui, plusieurs générations sont mélangées. Alors que les mamans me suivent depuis mes débuts, pour les jeunes de 20 ou 30 ans, mes chansons sont des repères dans leur vie. Elles leur rappellent des souvenirs liés à leur jeunesse. Une chose est pourtant restée constante: le public est toujours aussi féminin. Les maris restent à la maison!

Cela fait 40 ans que vous chantez des chansons d'amour. N'en avez-vous pas marre?

Musicalement, je me freine depuis des années. Mais je dois me poser les questions essentielles: Qui es-tu? A qui t'adresses-tu? Je suis obligé de me mettre des frontières. Si demain, je décidais je faire du rap, on penserait que je suis devenu fou. Le rap, ce n'est pas ma culture. Même si je connais les tubes r'n'b ou pop et que j'écoute Lady Gaga ou David Ghetta, je suis un chanteur populaire. Je dessine un tableau à ma façon avec mon vécu.

Ça fait donc 40 ans que vous chantez les même chansons!

Non, pas du tout. Si au début de ma carrière, l'amour était fusionnel, torride, aujourd'hui, je chante l'amour filial, paternel. Dans mon dernier album, j'aborde le thème de la garde partagée car beaucoup de couples sont dans cette situation.

Maintenant, l'amour, c'est s'asseoir sur un banc et se regarder dans le blanc des yeux, pour vous?

Oh non, pas du tout. C'est même beaucoup plus chaud qu'avant, si vous voyez ce que je veux dire...

«Chanteur d'amour»

Par Frédéric François, Distr. Disques office, sortie le 8 novembre

Frédéric François: «Mon coeur te dit je t'aime»

Patrick Juvet: «Où sont les femmes?»

Julio Iglesias: «Je n'ai pas changé»

La mort les a rendus immortels

S’il est bien une catégorie de chanteurs qui ne sera jamais affublée de l’étiquette «ringard», c’est celle des artistes décédés au sommet de leur art. Les exemples les plus emblématiques sont ceux de Claude François ou Mike Brant. L’inoubliable interprète du tube «Alexandrie Alexandra» a péri à l’âge de 39 ans dans sa salle de bains d’un œdème pulmonaire dû à une électrocution accidentelle. Le crooner polono-israélien Moshé Michaël Brand a quant à lui décidé de mettre fin à ses jours à 28 ans. De leur vivant, les deux chanteurs étaient adulés par des millions de fans, et leur mort les a figés dans leur gloire. Il reste à savoir si les costumes à paillettes et les chorégraphies de Cloclo auraient toujours l’air aussi furieusement tendance de nos jours.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!