Actualisé 31.10.2013 à 13:53

ZurichQui aura le prix de l'absurdité bureaucratique?

La récompense sera décernée jeudi par la section cantonale du PLR. Parmi les finalistes, le propriétaire d'un chat, la ville de Zurich et un père de famille.

de
Marco Lüssi/dmz
Le trophée qui sera remis jeudi soir.

Le trophée qui sera remis jeudi soir.

Le parti libéral-radical zurichois s'est engagé dans la lutte contre la «bureaucratie abusive». Il a décidé de «récompenser» la pire expérience d'un citoyen avec l'administration. Si le nom gagnant, qui sera connu jeudi, est gardé secret, on sait qui sont les trois finalistes.

Premier candidat: le propriétaire de Meiteli, un vieux chat qu'un inspecteur de l'Office vétérinaire de Zurich trouvait trop gros. A 12 ans et pesant 7,6 kg, il a été jugé obèse.

L'affaire avait été révélée par la «NZZ». Meiteli a été mis à la diète forcée, avec un pesage mensuel obligatoire chez un vétérinaire. Tous les deux mois, un rapport était transmis à l'Office. Le tout aux frais du propriétaire. Mais au final, le régime a payé et le matou a réduit son poids à moins de 7 kilos.

Bébé annoncé trop tard

Deuxièmes nominés: la petite Antonia et son papa, relatée par le «Tages-Anzeiger». Le nourrisson était tellement pressé de naître, que son père a dû jouer la sage-femme en salle de travail. Heureusement, l'accouchement s'est passé sans complications.

Mais sur un point, le papa a fait tout faux. Il a omis de déclarer immédiatement la naissance de sa fille, cette tâche incombant justement à la sage-femme, qui n'était pas présente lors de l'accouchement. Résultat: 200 francs d'amende et 250 de frais.

Les méandres des crèches

Le troisième pressenti pour le prix est la ville de Zurich, qui rend la vie difficile aux directeurs de crèches. Le Service social municipal définit combien d'enfants, par classe d'âge, peuvent être confiés au même éducateur. Le groupes avec des enfants de plus de trois ans pouvant, selon la loi, être plus grands que ceux avec des tout-petits.

Mais, alors que la demande est plus grande pour les enfants de moins de trois ans que pour les plus grands, les services publics aggravent le problème en diminuant le nombre de places disponibles. En même temps, ils ont décidé de relever le niveau de qualifications requis pour travailler en crèche, alors que la pénurie de main d'œuvre est une réalité à Zurich. Par exemple, les sages-femmes ne sont pas considérées comme qualifiées pour y travailler.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!