Mylène Farmer à Genève: Qui sont ces irréductibles de Mylène Farmer?
Actualisé

Mylène Farmer à GenèveQui sont ces irréductibles de Mylène Farmer?

29 dates de concert, plus d'un mois de route au cumulé, et une artiste qui sillonne les scènes de trois pays. Suivre la tournée 2009 de Mylène Farmer demande une bonne dose d'organisation et de patience pour les fans de la première heure.

par
Thomas Piffaretti

La caravane de la star pose ses valises cette semaine à Genève pour deux concerts au Stade de la Praille. Et non loin de là, sur l'esplanade de la Praille, campe un petit groupe d'irréductibles. Une dizaine de passionnés de Mylène Farmer. Arrivés vendredi dernier déjà, soit une semaine avant le show, ils passent leurs jours et leurs nuits devant les grilles du stade pour être sûrs d'être les premiers à entrer dans l'arène, et se réserver ainsi les places les plus proches de la scène.

Et parmi eux, on trouve Vincent, 20 ans, et Stéphanie, 26 ans. Ces deux Français se sont organisés pour vivre les 29 concerts que comptent la tournée de la chanteuse. Être un fan de Mylène Farmer demande donc certains sacrifices. «Au cumul, j'ai pris un mois de vacances et dépensé environ 2'000 euros», lâche Stéphanie, qui travaille dans la pharmaceutique. Idem pour Vincent. Cet étudiant du sud-ouest a cumulé les petits boulots pendant trois ans pour assouvir sa passion.

Retour sur investissement

Mais le jeu en vaut la chandelle, assurent-ils. «Ce n'est pas un sacrifice, explique Vincent. Quand on aime quelque chose, on se donne les moyens». Une expérience qui permet aussi de faire des rencontres et d'échanger avec des personnes qui partagent et comprennent leur passion. Et c'est aussi parce que Stéphanie a rencontré la star qu'elle lui voue une grande admiration. «J'aime la personne pour tout ce qu'elle donne sur scène, mais aussi parce qu'elle est loin des préjugés qu'on peut avoir sur elle».

Les deux jeunes gens refusent d'ailleurs l'étiquette de fans, préférant le titre de passionnés. Ils posent même un regard lucide sur leur comportement. «C'est une petite parenthèse dans notre vie, affirme Stéphanie. Mais j'avais envie d'en profiter à fond. C'est une passion tout à fait saine, et il n'y a pas d'hystérie, mais plutôt un profond respect envers l'artiste». C'est pour cette raison qu'ils ne lui sautent pas dessus comme d'autres groupies, expliquent-ils.

Un seul bémol

Les organisateurs genevois du concert et la police cantonale mettent des bâtons dans les roues de ces campeurs passionnés de Mylène Farmer. Les autorités refusent, en effet, de les laisser s'installer sur l'esplanade de la Praille pour des raisons de sécurité. La police aimerait les déplacer dans un campement, tout en leur assurant la priorité lors de l'ouverture des portes. Mais toutes les parties doivent être d'accord avec cette solution.

Rompus à l'exercice, les Vincent et Stéphanie assurent que c'est l'une des rares fois qu'ils sont confrontés à pareilles mesures. Pour le moment ils jouent donc au chat et à la souris avec les services de sécurité afin de continuer à occuper les lieux. Et ils promettent que plus de 200 personnes viendront les rejoindre d'ici demain et qu'ils camperont quoi qu'il advienne. Et de toute manière, rien ne pourrait les empêcher d'assister au show de leur idole.

Ton opinion