Football: Qui utilise intelligemment ses «vieux»?
Publié

FootballQui utilise intelligemment ses «vieux»?

La gestion durable d’un effectif est cruciale pour les résultats d’un club sportif. L’Observatoire du football à Neuchâtel s’est penché sur la question.

par
Thibaud Oberli
Zlatan Ibrahimovic peut encore apporter beaucoup à un effectif, malgré ses 39 ans.

Zlatan Ibrahimovic peut encore apporter beaucoup à un effectif, malgré ses 39 ans.

AFP

Miser sur l’expérience, créer une cohésion de groupe ou essayer de combler ses lacunes sur le marché des transferts? Tous ces critères entrent en ligne de compte lorsqu'un club se questionne sur ses objectifs et donc sur la gestion de son effectif. Les équipes ne disposent bien sûr pas des mêmes ressources pour arriver à leurs fins et leurs stratégies vont alors prendre des formes différentes.

Insouciance ou expérience?

L’Observatoire du Football du Centre International d’Études du Sport de l’Université de Neuchâtel a sondé les différentes stratégies utilisées dans les 5 championnats européens majeurs dans un rapport. Le premier indicateur prend en compte le temps de jeu des joueurs âgés. À partir de ces résultats, deux stratégies semblent payantes. Dans le haut du tableau, on retrouve le Bayern de Munich, qui parvient à dominer le football allemand et européen avec, ou grâce, à un groupe très expérimenté. Les autres clubs qui ressortent semblent être des équipes de bas de classement, souvent occupées à sauver les meubles.

Critère pour entrer dans la catégorie «âgée»: 33 ans pour les gardiens, 32 pour les défenseurs, 31 pour les milieux et 30 pour les attaquants.

Critère pour entrer dans la catégorie «âgée»: 33 ans pour les gardiens, 32 pour les défenseurs, 31 pour les milieux et 30 pour les attaquants.

CIES – Rapport n°63 - Mars 2021

À l’autre extrémité, donc dans les équipes qui comptent le plus sur la jeunesse, on retrouve principalement des clubs allemands et anglais. Deux championnats qui misent beaucoup sur le recrutement et le développement des jeunes talents.

CIES – Rapport n°63 - Mars 2021

L’esprit de groupe et la durée des contrats

La qualité de l’esprit de groupe au sein d’une équipe est souvent corrélée avec ses résultats. Selon le rapport, la cohésion facilite la mise en place d’automatismes. Bien que la stabilité soit une force, les clubs doivent régulièrement compléter leurs effectifs avec de nouveaux joueurs. Le prochain indicateur mesure la proportion de temps de jeu par des joueurs arrivés après juillet 2020.

Le résultat montre que les équipes s’appuyant principalement sur de nouveaux joueurs présentent des résultats plutôt décevants (Elche, OGC Nice et Crotone) alors que deux autres prouvent le contraire (RC Lens et Union Berlin). De l’autre côté du tableau, donc du côté des effectifs les plus stables, on retrouve trois clubs en tête de leurs championnats respectifs (RB Leipzig, Manchester United et le Real Madrid).

CIES – Rapport n°63 - Mars 2021

Dans la même logique la durée des contrats est cruciale dans la gestion de son effectif. Le fait de s’appuyer sur des joueurs en fin de contrats ou prêtés par d’autres clubs est un facteur d’instabilité qui peut prétériter la qualité d’un groupe d’une saison à l’autre. Ici, c’est le temps de jeu des joueurs étant engagés jusqu’à juin 2022 qui est mesuré.

Les résultats montrent que des stratégies portant sur le long terme sont principalement mises en œuvre en Angleterre, dans des équipes qui disposent d’énormément de moyens, comme les deux clubs de Liverpool et les deux de Manchester.

CIES – Rapport n°63 - Mars 2021

Qui s’en sort le mieux?

En mélangeant tous ces indicateurs, les chercheurs de l’Observatoire du Football ont mis au point un indice de gestion durable, qui permet ainsi de classer les différentes équipes. Cet outil donne la possibilité de questionner, par des mesures quantitatives, les stratégies mises en place par les clubs.

Ainsi on retrouve Manchester United en tête de gondole, ce qui laisse préserver de beaux jours à venir pour les Red Devils. Juste derrière ce sont deux clubs basques (la Real Sociedad et l’Athletic Bilbao) qui tirent leur épingle du jeu grâce à une planification durable de leur effectif. Viennent ensuite des clubs disposant d’énormément de moyens.

CIES – Rapport n°63 - Mars 2021

Les chercheurs n’excluent pas des bons résultats d’une équipe ayant un faible indice, mais mettent en garde sur les conséquences à long terme d’une telle stratégie. Finalement, les scientifiques soulignent les grandes disparités financières à disposition des clubs, tout en rappelant que ce genre d’études peut être un instrument important pour «orienter les politiques à venir afin d’optimiser les chances de réussite» et cela à tous les niveaux.

Ton opinion