Libye: Qui va juger Seif al-Islam?
Actualisé

LibyeQui va juger Seif al-Islam?

Le Conseil national de transition libyen veut juger Seif al-Islam, dont l'arrestation a été annoncée samedi, dans son pays d'origine mais la Cour pénale internationale demande aussi son transfèrement.

par
reuters/afp

Seif al-Islam Kadhafi, fils de Mouammar Kadhafi qui a été capturé dans le sud de la Libye, sera jugé dans son pays plutôt que d'être transféré devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, a déclaré samedi le ministre libyen de l'Information Mahmoud Chammam.

«Voici le dernier chapitre du drame libyen», a-t-il dit à Reuters. «Nous allons le juger en Libye et il sera jugé d'après les lois libyennes pour ses crimes».

Seif al-Islam, tout comme son père, qui a été tué le jour de sa capture en octobre, et l'ancien chef des services de renseignement Abdallah al-Senoussi, est recherché par la CPI pour crimes contre l'humanité pour son rôle dans la mort de manifestants durant l'insurrection. Mais les Libyens entendent aussi le juger pour des crimes et délits présumés antérieurs au soulèvement de cette année.

M. Chammam a déclaré qu'Abdallah al-Senoussi, dernier des trois inculpés de la CPI à être encore en fuite, serait retrouvé tôt ou tard.

«Obligation de coopérer»

A La Haye, le procureur de la CPI Luis Moreno-Ocampo a annoncé samedi qu'il allait se rendre en Libye dans une semaine pour discuter du dossier Seif al-Islam. «Je vais me rendre en Libye pour parler de la façon dont nous gérerons le dossier. Mais la nouvelle, c'est que Seif sera jugé. Où et comment, c'est ce dont nous discuterons», a-t-il dit à la presse.

Un porte-parole de la CPI a lui affirmé que la Libye «est obligée de remettre Seif Al-Islam à la CPI», sans exclure la possibilité que le procès ait lieu en Libye.

«Un mandat d'arrêt a été lancé par la CPI. Les autorités libyennes ont donc l'obligation de coopérer avec la cour», a déclaré le porte-parole Fadi El-Abdallah, joint par téléphone. «Si les autorités libyennes estiment qu'un procès au niveau national est une meilleure solution, ils devront alors demander à la CPI que l'affaire ne soit pas recevable à La Haye, selon le principe de complémentarité».

De son côté, la cheffe de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a aussi appelé les autorités libyennes à coopérer pleinement avec la Cour pénale internationale pour traduire en justice le fils de M. Kadhafi.

(reuters/afp/ats)

Seif al-Islam sera jugé lors d'un procès «équitable»

Le Premier ministre libyen par intérim Abdel Rahim al-Kib a affirmé samedi que Seif al-Islam Kadhafi, le dernier fils en cavale de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi, arrêté dans le sud de la Libye, serait jugé lors d'«un procès équitable».

«Je rassure notre peuple et le reste des pays du monde que Seif al-Islam et ses compagnons seront jugés lors d'un procès équitable durant lequel les droits et la loi internationale seront garantis», a déclaré M. Kib lors d'une conférence de presse à Zenten, où Seif al-Islam a été conduit en milieu d'après-midi.

«Le système judiciaire va communiquer avec la Cour pénale internationale pour examiner où Seif al-Islam doit être jugé», a-t-il souligné.

«Toute coopération avec les organismes internationaux est la bienvenue», a-t-il poursuivi, suggérant que les autorités préfèreraient qu'il soit jugé en Libye.

«L'arrestation de Seif al-Islam Kadhafi représente le couronnement des sacrifices consentis par notre grand peuple», a-t-il ajouté, évoquant un jour «historique».

Le Premier ministre libyen a indiqué que Seif al-Islam se trouvait «sous le contrôle des thowar (combattants) de Zenten» qui l'ont capturé.

Ton opinion