Actualisé 10.04.2012 à 14:49

GambieQuinze homosexuels arrêtés

La police gambienne a arrêté quinze hommes soupçonnés d'homosexualité ou d'en «faire la promotion» sur un site touristique de la banlieue de la capitale Banjul.

Le président gambien Yahya Jammeh avait déclaré en février qu'il n'accepterait jamais l'homosexualité dans son pays.

Le président gambien Yahya Jammeh avait déclaré en février qu'il n'accepterait jamais l'homosexualité dans son pays.

Quatorze Gambiens et un Sénégalais ont été interpellés lundi soir par la police dans un bar situé sur ce site fréquenté par les touristes, a indiqué un responsable de la police sous couvert d'anonymat. Ils sont «soupçonnés d'homosexualité ou de faire la promotion des pratiques homosexuelles», a-t-il poursuivi.

Les suspects «seront inculpés quand nous aurons terminé nos investigations», a-t-il ajouté.

Le président gambien Yahya Jammeh avait déclaré en février qu'il n'accepterait jamais l'homosexualité dans son pays, en dépit des appels de la communauté internationale au respect des droits des homosexuels en Afrique.

«Nous savons ce que sont les droits de l'Homme. Les êtres humains du même sexe ne peuvent pas se marier ou sortir ensemble», avait-il affirmé. «Si vous pensez que détruire notre culture relève des droits de l'Homme, vous faites une grossière erreur parce que si vous êtes en Gambie, vous êtes au mauvais endroit».

Ultimatum

En 2008, M. Jammeh avait lancé un ultimatum aux homosexuels, leur demandant de quitter le pays et promettant de «couper la tête» de tout homosexuel qui y serait découvert.

En Gambie, l'homosexualité est passible de 14 ans de prison, pour les hommes comme pour les femmes. Le président Jammeh a menacé de faire voter des lois encore plus sévères.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!